Flash info :

# Invité

Portrait de femme : Koudiratou Kamilou Dessoh : « J’ai fais mon entrée à la police le 24 décembre 1999 en tant que gardien de la paix ».

 Koudiratou Kamilou Dessoh est une fonctionnaire de la police nationale. Elle travaille au Commissariat Central d’Abomey Calavi en qualité de chef service des affaires administratives. Après l’obtention de son Brevet d’Etude du Premier Cycle (BEPC), Koudiratou a passé le concours d’entrer à la police et fut admise. Au fil des ans, elle a gravi les échelons pour se trouver à son poste actuel. Découvrons-la ! 

 

Eléonore Djegui 

De teint clair, Koudiratou est une femme corpulente et joviale. Sa passion pour le sport, notamment, la gymnastique a été vite découverte par ses parents qui, très tôt, l’ont orienté dans le choix de la carrière d’avenir. La police a retenu l’attention des parents de Koudiratou. En bon enfant docile, la collégienne d’alors s’est pliée à leur volonté.  Née le 7 janvier 1979 Koudiratou a passé avec succès le concours d’entrer à la police. « J’ai fais mon entrée à la police le 24 décembre 1999 en tant que gardien de la paix ». Après neuf mois de formation, Koudiratou a fait la régulation pendant au moins un an au niveau des carrefours. La jeune recrue sera ensuite envoyée à l’immigration où elle servira pendant six ans.

L’entrée de Koudiratou dans le corps de la police n’a pas été pour la jeune femme un frein à ses études puisqu’après le CAPA qui est l’équivalent du Baccalauréat, Koudiratou a étudié le droit sur le campus d’Abomey Calavi. Dans sa détermination à aller de l’avant, Koudiratou va passer, en juin 2012, le concours professionnel pour devenir officier de police neuf mois après. Koudiratou totalise aujourd’hui, deux années d’ancienneté dans le corps des officiers.

Curieuse, Koudiratou ambitionnait de faire carrière dans le métier de sage femme parce qu’elle voulait découvrir ce que les professionnelles cachent en interdisant l’accès à la salle d’accouchement lorsqu’une femme accouche. Koudiratou est aujourd’hui, fière de sa profession, et exhorte les femmes de même que les jeunes filles désireuses à faire carrière dans le métier de policier mal vu par certains mais qui, en réalité permet d’assurer la protection et la sécurité de la population.

 

Des difficultés tout de même !

Comme tout métier dit « réservé aux hommes », la police est un métier contraignant pour la femme, surtout la femme en ménage. Mais Koudiratou ne s’en plaint pas trop. Elle réussi à gérer les contraintes. « Je ne regrette pas de faire carrière dans la police. C’est vrai que le cumul avec les travaux domestiques est difficile mais j’arrive à m’en sortir » déclare Koudiratou qui a également tenté, sans succès, sa chance pour le concours de la gendarmerie. La jeune femme d’Agoué, dans la commune du Mono, a des principes. Elle n’apprécie pas du tout l’injustice sociale. Koudiratou est pour la justice. De ce point de vue, ses parents ne se sont pas trompés en l’orientant vers la police pour y faire carrière. Même si, le chef service des affaires administratives au commissariat central d’Abomey-calavi est une passionnée du sport, la régularité observée dans l’organisation de ce concours au Bénin a motivé les parents dans leur choix.

Femme ambitieuse et dynamique, Koudiratou estime que le 8 mars de chaque année ne doit pas être une journée pour festoyer uniquement. Mais elle doit être également une journée de réflexion sur la femme parce que, soutient-t-elle, la femme doit évoluer. « Peu importe son domaine d’activité, il faut qu’elle évolue sur tous les plans. Lorsqu’il y a la volonté, la détermination et le courage dans ce que l’ont fait, la réussite est au rendez-vous » affirme Koudiratou.

Aujourd’hui, rappelle cette mère de famille, le monde évolue et les choses changent. Pour ce faire, les femmes doivent se battre pour leur émergence. Elles doivent faire l’effort de surpasser les freins à leur évolution sur tous les plans. Toutefois, la parité n’est pas la bienvenue chez Koudiratou. Selon sa position la femme n’est pas tenue de faire ce que l’homme fait puisque, explique-t-elle, « il y a des femmes aujourd’hui, qui donnent le meilleur d’elles-mêmes plus que des hommes. Dans le même temps, certaines n’y arrivent pas. Je pense que chacun peut rester dans son domaine d’activité et prouver de quoi il est capable » déclare Koudiratou pour qui, la femme ne doit pas se comparer à l’homme.

En bonne mère de famille, Koudiratou conseille à la jeunesse féminine de prendre les études au sérieux parce que, constate-elle « les jeunes filles d’aujourd’hui, font un mélange de tout notamment étude, copinage, sexe. Elles se font de petits amis et dans cette amitié survient parfois des grossesses précoces avec des conséquences allant de l’abandon des études à l’avortement provoqué. Je leur demande donc de s’accrocher à leurs études et de toujours persévérer. Le reste viendra après ».

Koudiratou, a pour meilleur souvenir l’organisation surprise d’une fête, par son mari, à l’occasion de ses trente ans. Côté culinaire, cette femme du mono adore le riz sous toutes ses formes. Les frites au poulet également sont les bienvenues chez elle. Son passe temps favori se résume, au-delà du sport, au théâtre et à la lecture.

 

 

Invité

70 ans de votre Hebdomadaire catholique « La Croix du BEnin » : le Directeur de publication Crépin Magloire Acapovi en parle

Dans cette interview exclusive sur les 70 ans du Journal « La Croix du Bénin » le Directeur de publication, le Père Crépin Magloire Acapovi, tout en exhortant les lecteurs et lectrices de même q...

LIRE LA SUITE

Etat des lieux du secteur minier au Bénin : rendre notre code minier national plus attractif pour les investisseurs

Du 19 au 20 janvier 2017, s’est tenu au Centre de Formation Professionnelle et de Perfectionnement de la Communauté Electrique du Bénin à Abomey-Calavi, un atelier sur la révision du code minier...

LIRE LA SUITE

Entretien exclusif avec Moise Katumbi

« J’ai un rêve : rendre au Congo son honneur perdu » La République démocratique du Congo n’est-il pas menacée de chaos enfermé dans un vaste territoire riche, mais pauvre et d’une ins...

LIRE LA SUITE

Lionel Zinsou a cœur ouvert sur RFI : « … A l’appel, je ne déroberai pas… »

L'INTERVIEW RFI EN INTÉGRALITÉ Il ne s'est pas beaucoup exprimé depuis sa défaite à la présidentielle du Bénin, en mars dernier, face à Patrice Talon. Aujourd'hui, Lionel Zinsou revient à so...

LIRE LA SUITE

Carte blanche à …. Emile Derlin Zinsou

 « A l’époque, un Français qui travaillait en Afrique –même s’il est le dernier des imbéciles - gagnait plus que le plus brillant des Africains de son service. C’est inacceptable ! »...

LIRE LA SUITE

logo

Espace privé

Déjà abonné?



Abonnez-vous! Besoin d'aide?

Les plus lus

Distribution des produits de la Sobebra et du GAZ : le groupe Alechou se dote de 120 nouvelles camionnettes

Le groupe Aléchou renforce ses activités au bénin. Il vie...

Lu 3515 fois, Ouvrir l'article

La dépigmentation : comment endiguer ce problème sociétal ?

La dépigmentation artificielle ou volontaire est un problè...

Lu 3474 fois, Ouvrir l'article

Ministère de l’Economie Numérique et de la Communication : Mme Rafiatou Monrou prend les rênes et annonce ses priorités

 Mme Rafiatou Monrou, fraichement nommée à la tête du Mi...

Lu 3288 fois, Ouvrir l'article

Ouverture des dépôts de dossiers à la Dbsu: les responsables étudiants s’opposent aux autorités

Les étudiants du campus d’Abomey Calavi ont été renvoy...

Lu 3209 fois, Ouvrir l'article

«Le Parlement du Rire» à l’écran demain : CANAL+ vous fera rire avec les meilleurs humoristiques africains

Le groupe Canal + lance en exclusivité ce 30 Janvier 2016, ...

Lu 2996 fois, Ouvrir l'article

Pub 3

Compteur de visites

1460778

Visites sur le site

ligue1
Espace pub