Flash info :

# Invité

Portrait de femme : Chakirath Salifou

Docteur en Norme et Contrôle de qualité, Chakirath Salifou partage son temps entre laboratoires et salles de classe. Cette dame ambitieuse et polyvalente enseigne aussi bien au lycée qu'à l'université. Son parcours atypique, ses exploits scolaires et académiques, ainsi que sa rigueur au travail font d'elle une intellectuelle fière et exemplaire. 

(Femme du Bénin, Elites Scientifiques (répertoire des femmes modèles))

 

Née le 24 mai 1983, la petite Chaki a fait ses études primaires à l'école primaire publique centre de Savè où son nom a souvent été inscrit au tableau d'honneur. Au secondaire, la jeune fille dont les parents ont connu plusieurs affectations dans le cadre de leurs fonctions a dû partager son premier cycle entre plusieurs collèges d'enseignement : Savè, Glazoué et Abomey-Calavi.

 

Amoureuse des sciences mais aussi 1er prix littéraire

Ces mouvements n'ont point affectés ses résultats scolaires. Bien au contraire, Chakirath qui, en classe de 3ème se découvre une passion pour les mathématiques, émerveille son établissement; lequel n'a pas hésité à la sélectionner en 1998 pour le concours national de maths-physique. La même année, la demoiselle au talent scientifique surprend agréablement sur le terrain littéraire en obtenant le 1er prix de littérature de sa promotion. C'est aussi en 1998 qu'elle obtient son Brevet d'Etudes du Premier Cycle (BEPC), le Baccalauréat D vient logiquement en 2001, soit trois ans après.

 

Une double inscription couronnée de succès

Inscrite à l'Université d'Abomey-Calavi au titre de l'année académique 2001-2002, la jeune bachelière fait des études en production et Santé animale à l'Ecole Polytechnique d'Abomey-Calvi (EPAC), études couronnées en 2002-2005 par un diplôme d'ingénieur. Mais parallèlement à sa formation à l'EPAC, elle fait également des études en Droit sanctionnées par une Licence obtenue en 2006 à l'Université d'Abomey-Calavi.

Après son diplôme d'Ingénieur, Chakiratou Salifou qui, entre temps, a fait un stage à la Direction de l'Elevage, a été recrutée en 2006 au Ministère de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche en tant que Technicienne spécialisée en production animale et halieutique. Mais au bout d'un an de travail, elle va devoir quitter ce ministère pour celui de l'Enseignement secondaire et de la Formation Technique et Professionnelle. en effet, en2007, elle a réussi au concours de recrutement d'enseignant au profit du ministère  de l'Enseignement secondaire , qui l'affecte au Lycée Agricole Medji de Sékou (LAMS)où elle enseigne jusqu'à présent en qualité de professeur certifié.

 

Mention très honorable pour le Doctorat en Normes et Contrôle de qualité.

Parallèlement à ses enseignements au LAMS, la jeune professeur de lycée s'inscrit pour le Master, inter-facultaire en 'Norme, Contrôle de qualité et technologie alimentaire, diplôme qu'elle obtient aisément à l'issue de deux années de formation. C'est après cette formation qu'elle est sélectionnée parmi les meilleures pour une thèse de Doctorat en 'Normes et Contrôle de qualité', thèse faite en alternance entre la Belgique et le Bénin, et soutenue le 16 Novembre 2013 au Bénin. Chakiratou Salifou a pu obtenir la mention 'Très honorable avec Félicitation du jury pour un travail portant sur 'l'Evaluation de la composition corporelle et de la qualité de la viande des taureaux Borgou, lagunaires et zébus peulh élevés sur pâturages naturels au Bénin'.

 

Le Master obtenu à l'arrachée

Chakiratou Salifou considère que son plus grand succès universitaire est l'obtention de son Master en 2010. En effet, c'est ce parchemin qui lui ouvert la voie doctorale dont elle a brillamment livré les conclusions en novembre 2013. Et puis, le nombre de place était limité au départ pour le Master si bien qu'elle a dû subir une phase éliminatoire de trois mois avant d'être retenue pour la formation. 'Je ne savais pas que j'allais m'en sortir parce que je venais d'accoucher ' se souvient-elle. Mais à l'arrivée elle s'illustre parmi les meilleurs.

 

Aller le plus loin possible

'Chaki' a toujours voulu aller loin dans les études. Ceci parce que très tôt elle a eu un repère : son oncle Dr vétérinaire à l'époque et aujourd'hui, professeur titulaire à l'université d'Abomey-Calavi dont elle a toujours voulu suivre l'exemple. Voilà pourquoi après quatre années d'études à l'université d'Abomey-Calavi, elle n'a pas cru devoir s'arrêter. 'J'ai estimé que j'avais encore des ressources pour continuer. C'est d'ailleurs ce qui a motivé mon départ du Ministère de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche 'explique-elle l'autre raison qui l'a motivé à aller encore loin dans les études, est que ses étudiantes l'idéalisent: 'Les filles veulent me ressembler'

 

Une fierté pour les femmes

Chakirath Salifou est satisfaite de ses rendements. Mais elle n'entend pas s'arrêter à l'étape où elle se trouve actuellement. 'Je peux encore exceller : je ne suis qu'au début de mes ambitions', confie-t-elle. Sa volonté et sa maîtrise des connaissances font d'elle une Enseignante bien appréciée des étudiants. 'A la fin de mes cours, mes étudiants courent après moi; les filles veulent me ressembler; je veux continuer à motiver mes apprenants, à être une fierté pour les femmes' souligne-t-elle.

Forte de ses ambitions, elle s'adonne avec opiniâtreté au travail. En effet, en dehors de l'enseignement, elle passe la majeure partie de son temps au laboratoire des normes et contrôle de qualité créé en 2010 dans le cadre du 3ème programme quinquennal de coopération entre l'université d'Abomey-Calavi et la Commission universitaire pour le Développement (CUD) de la Coopération belge qui appuie sa formation.

Auteure d'une douzaine de publications dans des revues scientifiques internationales indexées ou à facteur d'impact, elle joue un rôle déterminant dans l'exécution des travaux de recherche et dans l'encadrement des mémoires de niveau Licence et master dans ce laboratoire.

 

Heureuse dans un métier jadis réservé aux hommes

Evoluant dans un métier naguère considéré comme celui des hommes, Chakirath Salifou surprend par son aisance au travail. Avec bonheur, elle confie que son sentiment au travail est 'un sentiment de joie et de fierté de pouvoir faire un travail réservé aux hommes et de pouvoir servir d'exemple'. En effet, elle y trouve bien des motifs de satisfaction : 'l'actualisation du savoir et des connaissances dans la recherche '.

 

Cultiver l'excellence

L'attitude qu'une femme doit avoir pour réussir les études est, selon Chakirath Salifou, de se surpasser et de cultiver l'excellence dans le travail. il faut aussi dit-elle, avoir confiance en soi-même, avoir des modèles, ne rien remettre à demain, se faire confiance et éviter l'option de la facilité. Dans cette entreprise, 'Chaki', originaire de Cana, mariée et mère de deux enfants, estime que les parents doivent assister les enfants dans un style particulièrement décontracté 'comme des amis'.

 

(Insérer photo Chakirath dans saisie1)

 

Invité

70 ans de votre Hebdomadaire catholique « La Croix du BEnin » : le Directeur de publication Crépin Magloire Acapovi en parle

Dans cette interview exclusive sur les 70 ans du Journal « La Croix du Bénin » le Directeur de publication, le Père Crépin Magloire Acapovi, tout en exhortant les lecteurs et lectrices de même q...

LIRE LA SUITE

Etat des lieux du secteur minier au Bénin : rendre notre code minier national plus attractif pour les investisseurs

Du 19 au 20 janvier 2017, s’est tenu au Centre de Formation Professionnelle et de Perfectionnement de la Communauté Electrique du Bénin à Abomey-Calavi, un atelier sur la révision du code minier...

LIRE LA SUITE

Entretien exclusif avec Moise Katumbi

« J’ai un rêve : rendre au Congo son honneur perdu » La République démocratique du Congo n’est-il pas menacée de chaos enfermé dans un vaste territoire riche, mais pauvre et d’une ins...

LIRE LA SUITE

Lionel Zinsou a cœur ouvert sur RFI : « … A l’appel, je ne déroberai pas… »

L'INTERVIEW RFI EN INTÉGRALITÉ Il ne s'est pas beaucoup exprimé depuis sa défaite à la présidentielle du Bénin, en mars dernier, face à Patrice Talon. Aujourd'hui, Lionel Zinsou revient à so...

LIRE LA SUITE

Carte blanche à …. Emile Derlin Zinsou

 « A l’époque, un Français qui travaillait en Afrique –même s’il est le dernier des imbéciles - gagnait plus que le plus brillant des Africains de son service. C’est inacceptable ! »...

LIRE LA SUITE

logo

Espace privé

Déjà abonné?



Abonnez-vous! Besoin d'aide?

Les plus lus

Distribution des produits de la Sobebra et du GAZ : le groupe Alechou se dote de 120 nouvelles camionnettes

Le groupe Aléchou renforce ses activités au bénin. Il vie...

Lu 3515 fois, Ouvrir l'article

La dépigmentation : comment endiguer ce problème sociétal ?

La dépigmentation artificielle ou volontaire est un problè...

Lu 3474 fois, Ouvrir l'article

Ministère de l’Economie Numérique et de la Communication : Mme Rafiatou Monrou prend les rênes et annonce ses priorités

 Mme Rafiatou Monrou, fraichement nommée à la tête du Mi...

Lu 3288 fois, Ouvrir l'article

Ouverture des dépôts de dossiers à la Dbsu: les responsables étudiants s’opposent aux autorités

Les étudiants du campus d’Abomey Calavi ont été renvoy...

Lu 3209 fois, Ouvrir l'article

«Le Parlement du Rire» à l’écran demain : CANAL+ vous fera rire avec les meilleurs humoristiques africains

Le groupe Canal + lance en exclusivité ce 30 Janvier 2016, ...

Lu 2996 fois, Ouvrir l'article

Pub 3

Compteur de visites

1460794

Visites sur le site

ligue1
Espace pub