Flash info :

# Dossier

Le dialogue interreligieux et interculturel : une solution durable face à l’exacerbation de l’intégrisme religieux

Le dialogue interreligieux et interculturel : une solution durable face à l’exacerbation de l’intégrisme religieux

La plupart des pays voisins du Nigeria se sont joints aux pays directement menacés par Boko Haram comme le Niger, le Tchad et le Cameroun, pour constituer une force africaine multinationale afin de contrer, avec l’appui extérieur, les velléités des islamistes. Mais la solidarité militaire et l’aide extérieure ne suffisent pas encore pour enrayer les velléités  islamistes et la montée du fondamentalisme religieux. Mais l’extrémisme et la violence à connotation religieuse ne pourraient se résorber par la seule solution de l’assistance économique  ou militaire.

Le problème est aussi d’essence religieuse et culturelle. Peut-on alors le résoudre sans le dialogue créateur de tolérance ? Eduquer à la paix par le dialogue interreligieux et interculturel, est une autre voie  pour y arriver de façon durable et efficace. La communauté internationale, l’Union africaine et les institutions en quête de solutions durables devraient se pencher sur l’initiative africaine et qui a abouti au Symposium international sur le dialogue interreligieux et interculturel de Mai 2015 à Cotonou.

Béatrice KOUMENOUGBO

Les échos des détonations et des crimes horribles à grande échelle de Boko Haram et les attentats au Mali, ne laissent pas indifférents les dirigeants de la région ouest-africaine. Ils s’inquiètent que la déstabilisation de la Lybie et l’hégémonie de l’Etat islamique qui s’y annonce, ne donne naissance à une coalition dangereuse de la terreur aveugle et messiaque qui pourrait s’étendre et déstabiliser les pays de la sous-région, à tous les points de vue, dans des sociétés qui ont su à travers des siècles trouver, un modus vivendi entre les croyances venus d’ailleurs et la tradition, dans une cohabitation symbiotique.

Même si à l’intérieur des pays, non sahéliens surtout, comme le Bénin, le Togo, la Côte d’Ivoire, le Ghana, on fait semblant de vivre comme si la menace était lointaine. Des experts de la sécurité préviennent que les conflits libyen, malien, nigérien ont déversé dans ces pays des migrants, dont certaines pourraient bien constituer des cellules dormantes pour les groupes islamistes dont l’hégémonie ne fait plus de doute, depuis que l’Etat islamique attirent tous les islamistes rêvant de créer en Afrique et en Orient  des khalifats.

L’heure n’est plus à la naïveté d’antan, l’Afrique et les Africains quelle que soit leur religion ou ethnie, sont sous la menace de l’impérialisme islamiste et djihadistes, qui semblent ne plus faire de distinguo. Alors existe-t-il une voie qui transcende celle de la violence contre la violence, sans idéalisme, pour s’entendre, essayer de se comprendre et chercher les voies et les moyens pour cohabiter dans la paix, pour un développement plus harmonieux et durable des peuples. Voilà la question qui préoccupe l’initiative africaine pour réussir le dialogue interreligieux et interculturel.

Les fondements de cette initiative

«  Les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix ».  Cette disposition du préambule de l’acte constitutif de l’Unesco, vient conforter l’initiative de l’éducation à la paix par le dialogue interreligieux et interculturel. Les effets dévastateurs du terrorisme sur fond d’intégrisme religieux au Nigeria, en Centrafrique, au Mali, en Tunisie etc. et dans d’autres pays du monde appelaient une réflexion sur des solutions autres que celle militaire qui visiblement n’a pas abouti à relever le défi de la paix en Afrique et dans le monde.

Des réflexions du Centre Panafricain de prospective sociale du Professeur Albert Tévoédjrè du Bénin, est sortie « l’Initiative africaine d’éducation à la paix et au développement par le dialogue interreligieux et interculturel ». Partie du Bénin, cette initiative désormais africaine s’ouvre au monde et se propose comme la solution pour la réalisation de la paix par un autre chemin, celui du dialogue interreligieux et interculturel. Le lancement de l’initiative qui s’est faite au cours d’un symposium international à Cotonou du 26 au 28 Mai 2015 a accouché de résolutions compilées en 25 points dans un manifeste.  

Le Manifeste de Cotonou : les voies du dialogue

C’est par le dialogue que « nous apprenons à accepter les autres dans leurs différentes manières d’être, de penser et de s’exprimer, et qu’il devient possible de vivre ensemble dans l’estime, et même de créer des liens d’amitié. La véritable ouverture, loin  d’obliger à renoncer à ses convictions les plus profondes, implique au contraire, de les maintenir fermement, dans une identité claire et joyeuse, mais de se rendre ouvert à celles de l’autre pour les comprendre sachant bien que le dialogue peut être source d’enrichissement pour chacun… ».Cet extrait du message du Pape François à l’endroit des participants du Symposium international sur le dialogue interreligieux et interculturel s’identifie à la vision qui est derrière l’initiative. Il s’agit de planter et de faire grandir l’esprit du dialogue dans le cœur des hommes,  de promouvoir la culture de la paix par le chemin du dialogue entre les religions et les cultures.

Cette initiative lancée à Cotonou le 26 Mai 2015, avait entre autres objectifs de proposer l’introduction de l’éducation à la paix et au développement par le dialogue interreligieux et interculturel dans les systèmes éducatifs formels africains ;  de proposer l’institutionnalisation d’un volet dialogue interreligieux et interculturel dans les opérations de maintien de la paix des Nations-unies ; d’élaborer et d’adopter le manifeste pour l’éducation à la paix et au développement par le dialogue interreligieux et interculturel. Ce manifeste en 25 points propose comme alternative au recours à la force, de promouvoir le dialogue interreligieux et interculturel. Les recommandations mettent l’accent sur l’implication, de la cellule familiale, des jeunes et des femmes.

L’accent est également mis sur  la nécessité de la création d’un réseau continental de parlementaires africains, y compris les femmes parlementaires pour « la paix par le dialogue interreligieux et interculturel » avec pour mission entre autres, de veiller à ce que la loi des finances de chaque Etat prévoie de manière permanente des ressources consistantes pour soutenir les opérations de développement conçues et réalisées conjointement dans le cadre d’un dialogue interreligieux et interculturel actif. Enfin l’idée de mettre en place un « Fonds africain pour le dialogue interreligieux » sous l’égide de l’Union africaine a été également émise au cours du symposium.

Appuyer cette démarche de façon inclusive

Au final il s’agit donc pour les gouvernants d’Afrique et du monde de mettre en place des mécanismes pour investir dans l’éducation à la paix par le dialogue interreligieux et interculturel afin de garantir la paix. Pour le  suivi de toutes ces bonnes recommandations il a été mis en place trois organes que sont le Conseil de suivi, le Conseil consultatif et le Secrétariat exécutif.

Le bon suivi de toutes ces recommandations nécessite un soutien à ces organes de suivi. De même l’initiative de l’éducation à la paix et au développement par le dialogue interreligieux et interculturel, sera une réalité si, et seulement si, la vision reçoit le soutien des pays africains, de l’Union africaine, et surtout si la communauté internationale l’adopte comme une solution africaine authentique et l’intègre aux autres projets dans les cadre de la paix et la sécurité en Afrique face aux conflits à caractère ou connotation religieux.

© Article réalisé dans le cadre du projet éditorial, soutenu par VITA/Afronline(Italie), associant 25 médias indépendants africains.

Dossier

Cours de vacances : Quelle pertinence et quelles réformes ?

  Apres neuf mois de travail, les enseignants et le corps administratif  organisent des cours pendant le mois d’Août lorsque les apprenants sont en vacances. Ils sont dispensés dans les écoles...

LIRE LA SUITE

Investigation sur des sujets de santé dans le Septentrion : deux journalistes exposent leurs résultats

Le secteur de la santé est l’un des secteurs qui regorgent assez de problèmes. Ce constat a conduit deux journalistes de la presse écrite, en la personne de Vadim Quirin du journal « La Nouvell...

LIRE LA SUITE

Epidémie de grippe et de gastro : se laver les mains, un geste efficace sous

Pour éviter le risque de transmission des virus hivernaux, est-ce vraiment efficace de se laver les mains ? L'organisation mondiale de la santé le recommande, ainsi que les autorités sanitaires. Ma...

LIRE LA SUITE

Fin de la campagne Know it, Own it du Mouvement d’Action des Jeunes (MAJ) : les membres présentent leur bilan d’activité

Dans le souci de permettre aux jeunes l’accès à une éducation sexuelle intégrée de bonne qualité appuyé par des informations nécessaires à leur orientation vers des sources appropriées et ...

LIRE LA SUITE

Entretien avec Dr Akuavi KIKI AHOUANDJINOU sur le vieillissement actif et le vieillissement en bonne santé.

  « L’association des médecins retraités du Bénin vise à promouvoir le vieillissement actif et le vieillissement en bonne santé. »   La retraite est une étape de la vie active que bon...

LIRE LA SUITE

logo

Espace privé

Déjà abonné?



Abonnez-vous! Besoin d'aide?

Les plus lus

La dépigmentation : comment endiguer ce problème sociétal ?

La dépigmentation artificielle ou volontaire est un problè...

Lu 5082 fois, Ouvrir l'article

Distribution des produits de la Sobebra et du GAZ : le groupe Alechou se dote de 120 nouvelles camionnettes

Le groupe Aléchou renforce ses activités au bénin. Il vie...

Lu 3889 fois, Ouvrir l'article

Ministère de l’Economie Numérique et de la Communication : Mme Rafiatou Monrou prend les rênes et annonce ses priorités

 Mme Rafiatou Monrou, fraichement nommée à la tête du Mi...

Lu 3704 fois, Ouvrir l'article

Libre circulation des biens et personnes dans l’espace Uemoa-Cedeao : un atout pour le développement socio-économique des Etats membres

Avec une population de plus 300 millions d’habitants, les ...

Lu 3545 fois, Ouvrir l'article

Ouverture des dépôts de dossiers à la Dbsu: les responsables étudiants s’opposent aux autorités

Les étudiants du campus d’Abomey Calavi ont été renvoy...

Lu 3520 fois, Ouvrir l'article

Pub 3

Compteur de visites

1721437

Visites sur le site

ligue1
Espace pub