Flash info :

# Dossier

Portrait de femme : Diane Gbechidé-Togbé, sage-femme et passionnée par la promotion de la planification familiale

Diane Gbechidé Togbé est Sage-femme responsable à l’Association Béninoise pour la Promotion de la Famille (ABPF) à Bohicon. Mariée et mère de deux enfants, elle est originaire de Dangbo, dans le département de l’Ouémé et une passionnée du métier de Sage-femme. De la promotion de 2003, Diane est en service à l’ABPF depuis 2012, après quelques années passées à l’ONG « La Vie Nouvelle », une clinique Profam de Cotonou, puis à l’Association Béninoise de Marketing Social (ABMS/PSI-Bénin). Découvrons-la.

ParEléonore Djegui

 

Fair-play, amusante, et très joviale, Diane dit avoir connu une petite enfance malheureuse. Elle est issue d’une famille pauvre, et la pauvreté dans laquelle elle a vécu faisait  ne lui laissait entrevoir qu’un avenir incertain. « Je suis d’une famille pauvre. Ma maman est une ménagère. Elle vivait de son petit commerce et mon papa est tailleur. Les deux avaient du mal à payer ma contribution au cours primaire » témoigne, très émue, la sage-femme. Mais puisque le destin de Diane est déjà tracé, la pauvreté des parents ne l’a pas empêchée de poursuivre ses études et d’embrasser le métier de sage-femme dont elle a toujours rêvé.

Au cours primaire, élève très intelligente, elle a eu la chance de bénéficier de l’appui financier d’une Française, à la suite d’un test de rédaction pour lequel elle a été retenue parmi les meilleurs. « Nous étions environ dix élèves classés meilleurs après ce test. C’est ainsi que la Française s’est engagée à me payer ma contribution jusqu’en classe de 3ème. J’étais pratiquement à sa charge. Dieu m’a fait beaucoup de choses  merveilleuses » raconte Diane à qui la chance a toujours souri, même après le Bepc. 

Quand le rêve devient réalité 

En classe de première, Diane a fait la découverte d’une Hollandaise qui, à la suite des échanges par correspondance, a accepté de l’aider dans ses études et surtout à faire carrière dans le métier de Sage-femme dont elle a toujours rêvé. « J’étais à la maison un jour quand un « petit » est venu me donner le numéro de la Hollandaise que je ne connaissais pas auparavant. Il a insisté pour que je prenne l’adresse de la Blanche parce que,  m’informait-t-il, c’est son grand frère qui connaît l’Européenne et serait en train de donner son adresse aux enfants démunis. J’ai donc pris l’adresse et suis entrée en contact avec elle par correspondance. »

Dans ces échanges de correspondance la Hollandaise a accepté de porter assistance à Diane à condition qu’elle obtienne le Baccalauréat. Diane avait donc ce défi à relever à tout prix pour réaliser son rêve. Une première fois, elle a échoué à son examen. La lycéenne n’obtiendra son diplôme de baccalauréat que l’année suivante. « J’ai eu mon bac en 2000 et j’ai passé le test de sage-femme sans succès. J’ai donc écris à la Blanche pour mon inscription à titre payant. Elle a accepté. J’étais internée et la généreuse femme m’envoyait plus d’un million tous les ans pour ma formation. C’est comme cela que je suis devenue sage-femme » informe Diane, qui, aujourd’hui, doit en partie sa réussite à cette femme qu’elle déclare ne connaître ni d’Adam, ni d’Eve. C’était un cadeau tombé du ciel. Malheureusement, cette femme généreuse  est décédée en 2005 après avoir fait un tour au Bénin en 2003 pour la rencontrer. Quant au petit par qui, la chance a souri à la sage femme, ils ne se sont plus revu depuis le jour où Diane a reçu l’adresse de cette Hollandaise. 

La vie professionnelle

Passionnée du métier de sage femme, Diane l’exerce à cœur joie. Après son passage à l’Ong « La Vie Nouvelle » à Cotonou, également à l’ABMS/PSI, elle fut recrutée à l’ABPF Zou-Collines en 2012. Elle a passé, entre temps, quatre années de chômage. A son poste de sage-femme responsable à la clinique, Diane est souvent confrontée à la résistance des hommes par rapport à l’utilisation des méthodes contraceptives modernes. Ignorant sûrement les avantages de  la contraception pour le couple, certains hommes s’y opposent et empêchent ainsi leurs épouses d’en faire usage, malgré la volonté de cette dernière.

Dans le même temps, Diane reçoit aussi des couples désireux de planifier les naissances. Hormis les prestations de service à l’ABPF dans le Zou-Colline où la prévalence contraceptive est d’environ 7.6%, Diane fait de la sensibilisation des populations notamment, la sensibilisation des hommes et des collégiens. « Depuis que j’ai commencé à travailler à l’ABPF de Bohicon j’ai constaté que les femmes ont la volonté de venir se planifier, de se mettre sous contraception mais les maris s’y opposent à cause des préjugés. Certaines femmes sont contraintes de le faire en cachette. Mais dès que le mari découvre cela, ça entraîne parfois la dislocation de certains couples »  témoigne Diane qui déplore la situation.

Diane est une femme qui a l’amour du prochain. Elle n’aime pas le mensonge. « J’aime que l’on me dise la vérité. Je n’aime pas qu’on me mente, ou qu’on me tourne en rond » fait-t-elle savoir. Côté culinaire, cette femme originaire de Dangbo a une préférence pour la pâte de maïs et la sauce graine. Son passe-temps favori est la promenade surtout la nuit à partir de 20 h en compagnie de son époux. Outre la promenade Diane aime bien danser.

 

 

Dossier

Cours de vacances : Quelle pertinence et quelles réformes ?

  Apres neuf mois de travail, les enseignants et le corps administratif  organisent des cours pendant le mois d’Août lorsque les apprenants sont en vacances. Ils sont dispensés dans les écoles...

LIRE LA SUITE

Investigation sur des sujets de santé dans le Septentrion : deux journalistes exposent leurs résultats

Le secteur de la santé est l’un des secteurs qui regorgent assez de problèmes. Ce constat a conduit deux journalistes de la presse écrite, en la personne de Vadim Quirin du journal « La Nouvell...

LIRE LA SUITE

Epidémie de grippe et de gastro : se laver les mains, un geste efficace sous

Pour éviter le risque de transmission des virus hivernaux, est-ce vraiment efficace de se laver les mains ? L'organisation mondiale de la santé le recommande, ainsi que les autorités sanitaires. Ma...

LIRE LA SUITE

Fin de la campagne Know it, Own it du Mouvement d’Action des Jeunes (MAJ) : les membres présentent leur bilan d’activité

Dans le souci de permettre aux jeunes l’accès à une éducation sexuelle intégrée de bonne qualité appuyé par des informations nécessaires à leur orientation vers des sources appropriées et ...

LIRE LA SUITE

Entretien avec Dr Akuavi KIKI AHOUANDJINOU sur le vieillissement actif et le vieillissement en bonne santé.

  « L’association des médecins retraités du Bénin vise à promouvoir le vieillissement actif et le vieillissement en bonne santé. »   La retraite est une étape de la vie active que bon...

LIRE LA SUITE

logo

Espace privé

Déjà abonné?



Abonnez-vous! Besoin d'aide?

Les plus lus

Distribution des produits de la Sobebra et du GAZ : le groupe Alechou se dote de 120 nouvelles camionnettes

Le groupe Aléchou renforce ses activités au bénin. Il vie...

Lu 3511 fois, Ouvrir l'article

La dépigmentation : comment endiguer ce problème sociétal ?

La dépigmentation artificielle ou volontaire est un problè...

Lu 3466 fois, Ouvrir l'article

Ministère de l’Economie Numérique et de la Communication : Mme Rafiatou Monrou prend les rênes et annonce ses priorités

 Mme Rafiatou Monrou, fraichement nommée à la tête du Mi...

Lu 3285 fois, Ouvrir l'article

Ouverture des dépôts de dossiers à la Dbsu: les responsables étudiants s’opposent aux autorités

Les étudiants du campus d’Abomey Calavi ont été renvoy...

Lu 3206 fois, Ouvrir l'article

«Le Parlement du Rire» à l’écran demain : CANAL+ vous fera rire avec les meilleurs humoristiques africains

Le groupe Canal + lance en exclusivité ce 30 Janvier 2016, ...

Lu 2992 fois, Ouvrir l'article

Pub 3

Compteur de visites

1458210

Visites sur le site

ligue1
Espace pub