Flash info :

# Invité

Entretien avec Prof Mouftaou Amadou Sanni, professeur à l’Université de Parakou au Bénin

Entretien avec Prof Mouftaou Amadou Sanni, professeur à l’Université de Parakou au Bénin

« Les changements climatiques jouent un rôle clé dans la question du dividende démographique »

Existe-t-il une relation entre changements climatiques et réalisation du dividende démographique ? Mouftaou Amadou Sanni, professeur à l’Université de Parakou au Bénin, directeur de l’Ecole nationale de la statistique, de la Planification et de la démographie de l’Up à Tchaourou, qui présentera une communication sur les changements climatiques lors des sessions de la 7ème Conférence sur la population africaine se prononce sur la question à travers une interview accordée au Journal L’Autre Quotidien et Sika TV. Lisez plutôt !

 

Propos recueillis par Béatrice KOUMENOUGBO (Depuis Pretoria)

 

En quoi consiste votre participation à la 7ème Conférence sur la population africaine ?

Ma participation se situe à deux niveaux. D’abord, je suis membre du comité scientifique international d’organisation de la Conférence. En tant que tel c’est nous qui veillons sur la bonne organisation des sessions. Ensuite, je présente une communication sur les changements climatiques au Bénin et la façon dont les populations doivent s’y adapter pour assurer la sécurité alimentaire et contribuer au dividende démographique.

 

Dites-nous l’importance de votre communication?

La question des changements climatiques et environnementaux constitue une question centrale. Parce que les changements climatiques sont strictement liés à la vie socio-économique de nos populations, donc en tant que tel, elle est au cœur de toute la problématique de la population et du développement durable et joue un rôle clé dans la question du dividende démographique qui est le thème de la Conférence.

 

Justement, quelle relation existe-il entre les changements climatiques et le  dividende démographique ?

Le dividende démographique c’est le rapport entre les producteurs effectifs et la consommation. C’est-à-dire, le rapport entre, ceux qui génèrent des revenus, et les besoins de consommation. Le changement climatique est directement lié aux changements environnementaux qui affectent en même temps l’économie. Sur le plan alimentaire, lorsque vous avez un problème d’insécurité alimentaire, vous avez des problèmes de santé et vous ne pouvez pas produire. Cela va réduire le nombre de producteurs effectifs. Lorsqu’il n’y a pas un rendement, il n’y a pas de vente, ni d’épargne, ni de création d’emploi. Les changements climatiques sont au cœur même de ces thématiques de population et de dividende démographique parce que si les pratiques sont en adéquation avec l’évolution du climat, c’est que nous aurons une population bien nourrie, en bonne santé, qui produit, qui génère de la  plu value économique. Et donc, on n’aura un rapport positif. Le dividende va être transformé en bonus et quand ça se transforme en bonus, cela contribue au développement.

 

Où en est-on pour l’adaptation aux changements climatiques au Bénin ?

Je vais parler beaucoup plus de l’adaptation au niveau des populations rurales. Parce que les questions des changements climatiques et environnementaux affectent beaucoup l’agriculture qui est au cœur de toute l’économie de nos pays et donc de la survie de nos populations. Généralement, les populations effectivement perçoivent bien cette question en termes de retard des pluies. C’est vrai qu’au Bénin, nous ne sommes pas encore très concernés par la question  de l’intensité mais nous avons déjà des problèmes d’irrégularité des pluies, leur mauvaise répartition, des sécheresses qui apparaissent en pleine saison pluvieuse, ce qui affecte donc le rendement des cultures. Dans ce cas, les populations s’adaptent en initialisant de nouveaux modes de production tels que l’introduction de nouvelles formes de cultures. Par exemple, je parlerai au cours de ma communication de la région de Djougou au Bénin où on a introduit de nouvelles formes de maïs, d’ignames à cycle court qui sont des mesures permettant aux producteurs pour le moment de contourner les difficultés et d’assurer leur autosuffisance. Mais le problème, c’est que ce sont des réactions conjoncturelles. Il faut penser à une adaptation réelle qui s’inscrit dans une perception des risques liés aux changements climatiques et qui permettra donc à ces paysans de développer désormais des stratégies leur permettant de pouvoir s’adapter vraiment aux changements environnementaux et d’aller vers le bien-être.

 

Généralement les bonnes idées existent mais ne s’appliquent pas sur le terrain. Comment pallier à cela dans ce cas précis de l’adaptation aux changements climatiques ?

C’est cela la question clé et c’est l’objectif même de la Conférence, donner la possibilité aux chercheurs d’échanger avec les milieux d’interventions. C’est en cela que le thème de la Conférence en portant sur le dividende démographique parle de perspectives, d’opportunités et de défis. Il s’agit non seulement de faire des recherches et d’avoir des résultats mais il faut aussi les transformer en situations concrètes directement utilisables, permettant de dialoguer avec les intervenants. Il s’agit de voir de quelles manières ils peuvent transformer ces résultats en des messages clairs et  des actions opérationnelles totalement adaptées à nos réalités et permettre à nos pays de décoller. Aujourd’hui, il s’agit d’une interrelation. Il faudra que la recherche partage ses résultats avec les intervenants et les politiques. Cela va influencer les politiques publiques et les actions. Puis en retour, ces actions permettront de financer davantage la recherche. Donc on doit rentrer dans une interrelation assez dynamique. Je crois que c’est pour cela que toutes ces sections qui passent non seulement, les chercheurs présentent des résultats, mais l’une des questions qu’on leur pose, c’est de savoir de quelle manière concrètement l’homme du terrain peut utiliser ces résultats. En quoi, il peut les transformer en action au quotidien.

 

Actuellement se tient à Paris la Conférence sur le Climat, avez-vous espoir qu’un accord universel sera obtenu au terme de la Cop21?

Les scientifiques ont travaillé pour la conférence de Paris mais la rencontre est une rencontre politique. Je crois qu’on doit parvenir à des accords. Ce n’est pas le plus difficile. Mais c’est comment mettre en œuvre ces accords. C’est la question clé aujourd’hui. Je crois que cela dépendra de la volonté de tous. En ce qui concerne cette volonté je crois que nous les scientifiques, nous avons notre part. Si on arrive à faire adhérer les politiques à tout ce que nous faisons, je crois qu’il est clair que les accords pourront passer et dans ces conditions, il est clair que nous irons vers le développement durable tant prôné. 

Invité

70 ans de votre Hebdomadaire catholique « La Croix du BEnin » : le Directeur de publication Crépin Magloire Acapovi en parle

Dans cette interview exclusive sur les 70 ans du Journal « La Croix du Bénin » le Directeur de publication, le Père Crépin Magloire Acapovi, tout en exhortant les lecteurs et lectrices de même q...

LIRE LA SUITE

Etat des lieux du secteur minier au Bénin : rendre notre code minier national plus attractif pour les investisseurs

Du 19 au 20 janvier 2017, s’est tenu au Centre de Formation Professionnelle et de Perfectionnement de la Communauté Electrique du Bénin à Abomey-Calavi, un atelier sur la révision du code minier...

LIRE LA SUITE

Entretien exclusif avec Moise Katumbi

« J’ai un rêve : rendre au Congo son honneur perdu » La République démocratique du Congo n’est-il pas menacée de chaos enfermé dans un vaste territoire riche, mais pauvre et d’une ins...

LIRE LA SUITE

Lionel Zinsou a cœur ouvert sur RFI : « … A l’appel, je ne déroberai pas… »

L'INTERVIEW RFI EN INTÉGRALITÉ Il ne s'est pas beaucoup exprimé depuis sa défaite à la présidentielle du Bénin, en mars dernier, face à Patrice Talon. Aujourd'hui, Lionel Zinsou revient à so...

LIRE LA SUITE

Carte blanche à …. Emile Derlin Zinsou

 « A l’époque, un Français qui travaillait en Afrique –même s’il est le dernier des imbéciles - gagnait plus que le plus brillant des Africains de son service. C’est inacceptable ! »...

LIRE LA SUITE

logo

Espace privé

Déjà abonné?



Abonnez-vous! Besoin d'aide?

Les plus lus

Distribution des produits de la Sobebra et du GAZ : le groupe Alechou se dote de 120 nouvelles camionnettes

Le groupe Aléchou renforce ses activités au bénin. Il vie...

Lu 3515 fois, Ouvrir l'article

La dépigmentation : comment endiguer ce problème sociétal ?

La dépigmentation artificielle ou volontaire est un problè...

Lu 3474 fois, Ouvrir l'article

Ministère de l’Economie Numérique et de la Communication : Mme Rafiatou Monrou prend les rênes et annonce ses priorités

 Mme Rafiatou Monrou, fraichement nommée à la tête du Mi...

Lu 3288 fois, Ouvrir l'article

Ouverture des dépôts de dossiers à la Dbsu: les responsables étudiants s’opposent aux autorités

Les étudiants du campus d’Abomey Calavi ont été renvoy...

Lu 3209 fois, Ouvrir l'article

«Le Parlement du Rire» à l’écran demain : CANAL+ vous fera rire avec les meilleurs humoristiques africains

Le groupe Canal + lance en exclusivité ce 30 Janvier 2016, ...

Lu 2996 fois, Ouvrir l'article

Pub 3

Compteur de visites

1460803

Visites sur le site

ligue1
Espace pub