Flash info :

# Dossier

Investigation sur des sujets de santé dans le Septentrion : deux journalistes exposent leurs résultats

Investigation sur des sujets de santé dans le Septentrion : deux journalistes exposent leurs résultats

Le secteur de la santé est l’un des secteurs qui regorgent assez de problèmes. Ce constat a conduit deux journalistes de la presse écrite, en la personne de Vadim Quirin du journal « La Nouvelle Expression » et Flore Nobimè de « l’Evènement Précis », à investiguer sur des sujets intitulés respectivement : « Prise en charge des Patients : l’Alibori en quête d’agents de santé qualifiés », « Prolifération de cabinets privés de soins non autorisés : quand le laxisme de l’Etat encourage le drame ». Leur investigation s’inscrit dans le cadre du projet « Pour des médias plus professionnels au Bénin » avec l’appui financier d’Open Society Initiative For West Africa (Osiwa). Que retenir des travaux effectués ? Ils l’ont fait savoir à l’issu d’une conférence de presse, le vendredi 21 juillet 2017. Elle a eu lieu à la maison des Médias Thomas Mègnassan en présence notamment, du président de l’Union des Professionnels des Médias du Bénin (UPMB), Franck Kpochemè, et du Directeur Exécutif de Social Watch, Gustave Assah. 

Eléonore Djegui 

Les faits observés et recueillis dans le département de l’Alibori composé de six communes à savoir Gogounou, Banikoara, Kandi, Sègbana, Karimama et Malanville montrent, selon le conférencier Vadim Quirin, que l’accès des populations aux soins de santé de qualité n’est pas du tout aisé. Il l’a démontré en trois points, en considérant le personnel soignant des formations sanitaires, la qualité des soins administrés aux patients puis les infrastructures et équipements en place.

S’agissant du premier point, il ressort  selon le constat qu’une pénurie sévère d’agents de santé  qualifiés se pose sur le terrain. Et pour cause, contrairement à la norme de 25 agents de santé, toute catégorie confondue recommandée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour 10 000 habitants, le Bénin est à moins de cinq agents de santé pour 10 000 habitants. Les six communes de l’Alibori dispose au total d’un seul pédiatre. Aucune sage femme diplômée à Karimama pour les quatre maternités fonctionnelles. L’accouchement se fait par une sage femme non qualifiée qui jouit d’un contrat de type saisonnier exécuté au prorata des besoins. Ségbana est doté d’un seul médecin pour les consultations, le bloc, la maternité et le suivi des patients.

Il ressort par ailleurs, que seulement 16% du personnel de santé (médecin, sage femmes, infirmiers…) exercent en milieu rural au profit des 54,3% de la population qui y habite contre 84% qui exercent en milieu urbain  pour servir 45,7% de la population urbaine du pays.

S’agissant de la qualité des soins administrés c’est la désolation totale. L’accouchement se fait avec la torche. Cas de Piami à Ségbana.  On dénombre en moyenne dans l’Alibori 5,8 enfants par femme. La malnutrition sévit à Ségbana avec des risques d’anémie chez les enfants. C’est le cas de Petchinga à Karimama. Il ressort qu’au Bénin, 102 enfants de moins de 5 ans dont 33 nouveau-nés meurent chaque jour.

S’agissant des infrastructures et des équipements les attentes ne sont pas non plus comblées. A l’hôpital de zone de Kandi il n’existe pas un lieu spécifique pour accueillir les nouveau-nés admis en pédiatrie. Inexistence de néonatologie. A l’hôpital de zone de Malanville l’imagerie est pour l’instant en panne. A Ségbana l’ambulance et le dispensaire de Piami sont vétustes.

La mise à disposition d’un financement pour la réalisation des enquêtes est selon le conférencier une nécessité pour les professionnels des médias. 

Prolifération des cabinets de soins non autorisés au Bénin

L’investigation menée à Tchaourou a permis à la conférencière Flore Nobimè la rédaction de trois articles de presse intitulés respectivement « Prolifération anarchiques des cabinets de soins aux autorisés : menace sur la santé des populations de Tchaourou ». « Prolifération des centres de santé clandestins : l’Etat trop laxiste dans l’application des lois ». « Signes d’identification rangés au placard ». A travers le second thème la conférencière met l’accent sur la floraison des cabinets de soins illégaux en dépit des lois et des dépositions réglementaires régissant le secteur privé de la santé. En dehors de l’ordonnance 73-14 du 08 février 1973 instituant le code de déontologie médicale, l’Ordonnance n°73-38 du 21 avril 1973 portant création et organisation des Ordres nationaux des médecins, des pharmaciens, des chirurgiens dentistes et des sages-femmes. Il existe la loi 97-020 du 17 juin 1997 fixant les conditions de l’exercice en clientèle privée des professions médicales et paramédicales au Bénin.

Cette loi explique-t-elle a été suivie de six décrets d’application et quelques arrêtés fixant des normes et conditions particulières. Malheureusement, l’application de ces textes, censés réglementés le sous-secteur privé de la santé se heurte à de nombreuses entraves au nombre desquelles figure l’impunité. Les pressions politiques subies par le Pr Dorothée Kindé Gazard, ancien ministre de la santé au sujet d’une aide soignante récidiviste qui pratique des accouchements à domicile ont été évoquées par la journaliste. A l’impunité s’ajoute également les actes de corruption observés au niveau de certains agents de contrôle qui ne dénoncent plus les irrégularités observées. De même les piqueurs sauvages exposent la population à un danger d’infection voire de mort.

Déjà que la qualité des soins n’est pas évidente, l’accès des populations à ces soins nécessite même des trocs de vivres.

La prolifération des cabinets de soins non autorisés interpelle l’Etat garant des soins de qualité à sa population.

 

Dossier

Cours de vacances : Quelle pertinence et quelles réformes ?

  Apres neuf mois de travail, les enseignants et le corps administratif  organisent des cours pendant le mois d’Août lorsque les apprenants sont en vacances. Ils sont dispensés dans les écoles...

LIRE LA SUITE

Epidémie de grippe et de gastro : se laver les mains, un geste efficace sous

Pour éviter le risque de transmission des virus hivernaux, est-ce vraiment efficace de se laver les mains ? L'organisation mondiale de la santé le recommande, ainsi que les autorités sanitaires. Ma...

LIRE LA SUITE

Fin de la campagne Know it, Own it du Mouvement d’Action des Jeunes (MAJ) : les membres présentent leur bilan d’activité

Dans le souci de permettre aux jeunes l’accès à une éducation sexuelle intégrée de bonne qualité appuyé par des informations nécessaires à leur orientation vers des sources appropriées et ...

LIRE LA SUITE

Entretien avec Dr Akuavi KIKI AHOUANDJINOU sur le vieillissement actif et le vieillissement en bonne santé.

  « L’association des médecins retraités du Bénin vise à promouvoir le vieillissement actif et le vieillissement en bonne santé. »   La retraite est une étape de la vie active que bon...

LIRE LA SUITE

Retour annoncé des ‘’taxi-ville’’ dans les villes du Bénin : les Béninois apprécient mais restent dubitatifs

Le projet du gouvernement de créer une flotte de taxis dans les villes du Bénin a été diversement compris par les populations de Cotonou et environs. Quelques citoyens se prononcent sur la questio...

LIRE LA SUITE

logo

Espace privé

Déjà abonné?



Abonnez-vous! Besoin d'aide?

Les plus lus

La dépigmentation : comment endiguer ce problème sociétal ?

La dépigmentation artificielle ou volontaire est un problè...

Lu 5038 fois, Ouvrir l'article

Distribution des produits de la Sobebra et du GAZ : le groupe Alechou se dote de 120 nouvelles camionnettes

Le groupe Aléchou renforce ses activités au bénin. Il vie...

Lu 3881 fois, Ouvrir l'article

Ministère de l’Economie Numérique et de la Communication : Mme Rafiatou Monrou prend les rênes et annonce ses priorités

 Mme Rafiatou Monrou, fraichement nommée à la tête du Mi...

Lu 3686 fois, Ouvrir l'article

Libre circulation des biens et personnes dans l’espace Uemoa-Cedeao : un atout pour le développement socio-économique des Etats membres

Avec une population de plus 300 millions d’habitants, les ...

Lu 3516 fois, Ouvrir l'article

Ouverture des dépôts de dossiers à la Dbsu: les responsables étudiants s’opposent aux autorités

Les étudiants du campus d’Abomey Calavi ont été renvoy...

Lu 3513 fois, Ouvrir l'article

Pub 3

Compteur de visites

1710570

Visites sur le site

ligue1
Espace pub