Flash info :

# Internationales

28ème Session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine à Addis-Abeba (Ethiopie)

28ème Session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine à Addis-Abeba (Ethiopie)

Le fort taux de croissance enregistré en Afrique n’a pas amélioré les conditions de vie des populations 

 Aline ASSANKPON

Démarré ce lundi 30 janvier 2017 à Addis-Abeba (Ethiopie), les travaux du 28ème Sommet des Chefs d’Etat membres de l’Union africaine (UA) prendront fin ce mardi 31 janvier 2017 sur une note de satisfaction générale ; car les fruits ont tenu la promesse des fleurs.  En effet, si la demande d’admission du Royaume du Maroc a reçu un avis favorable, le président guinéen, Alpha Condé prend désormais quant à lui,  les reines de la présidence de l’Union africaine et le Tchadien, Moussa Faki Mahamat élu pour remplacer la sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma à la tête de la Commission de l’Union africaine (CUA).

En effet, les travaux de cette rencontre continentale de deux jours s’articuleront autour du thème : «Tirer pleinement parti du dividende démographique en investissant dans la jeunesse ».

Au menu plusieurs sujets épineux : le renouvellement de la présidence de l’institution panafricaine, le renouvellement de la présidence de la Commission de l’Union africaine et la réintégration du Royaume du Maroc à l’organisation panafricaine trente-trois (33) ans après son retrait et d’autres sujets relatifs à l’avenir de l’organisation, à son  financement, à la zone de libre échange continentale et la sécurité du continent.

Après un huis-clos des chefs d’Etat pour les tractations, la cérémonie d’ouverture a été ponctuée par plusieurs discours notamment celui, de la présidente sortante de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma ; du Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, du président cubain Raùl Castro (invité d’honneur) et du président en exercice (sortant) de l’Union africaine, Idriss Itno Deby.

Dans son allocution, Antonio Guterres a touché à certains défis qui interpellent de nos jours les africains et la communauté internationale. Il s’agit de la problématique de la pauvreté, de la santé publique, de la Sécurité, du développement, des inégalités ou encore de l'extrémisme ou du terrorisme violent.

Face à ces défis, il promet de soutenir l'Afrique pour qu'elle puisse relever le défi de la prévention du terrorisme en étroite collaboration avec ses dirigeants. Le Climat est également une thématique qui n’a pas échappé à l’attention d’Antonio Guterres qui affirme que devant tous ces enjeux existentiels, « l'Afrique a besoin de la solidarité de la communauté internationale qu'elle mérite ».

Quelques absents de marque

Parmi les absents remarqués, le président béninois, Patrice Talon ; le président malien Ibrahim Boubacar Keita; le président algérien Abdelaziz Bouteflika ; le Nigérian Muhammadu Buhari ; le nouveau président gambien, Adama Barrow ; le Burundais Pierre Nkurunziza ; l’Angolais José Eduardo dos Santos, l’Ivoirien Alassane Dramane Ouattara et le Congolais Joseph Kabila.

Alpha Condé, président de l’Union africaine

 « L’Afrique doit mobiliser les investissements nécessaires pour renforcer l’intégration des jeunes»

Le président guinéen, Alpha Condé, porté ce lundi par ses pairs à la présidence tournante de l’Union africaine (UA), s’est engagé à œuvrer pour faire de l’organisation panafricaine, une institution crédible.

Dans son allocution d’intronisation à la présidence de l’UA, en remplacement du président tchadien, Idriss Itno Deby, Alpha Condé a vivement  plaidé pour le renforcement de l’Unité de l’Afrique et l’intégration de ses peuples. Se félicitant des efforts consentis par les pays africains sur la voie du développement économique et social du continent, le président guinéen a reconnu que beaucoup reste faire pour améliorer les conditions de vies des populations.

Le fort taux de croissance enregistré en Afrique ces dernières années ne s’est pas traduit par une amélioration des conditions de vie des populations  a-t-il reconnu, appelant à une poursuite accélérée de l’industrialisation du continent. « L’Afrique doit mobiliser les investissements nécessaires pour renforcer l’intégration des jeunes» en référence au thème du sommet.

 Le tchadien Moussa Faki Mahamat, nouveau président de la Commission de l’Union africaine (CUA)

Les chefs d’Etat membres de l’organisation panafricaine ont procédé à la désignation du nouveau président de la Commission de l’Union africaine pour succéder à la Sud-africaine Nokosazana Dlamini-Zuma.

Cinq candidats sont en lice pour cette succession ; notamment : l’Equato-guinéen Agapito Mba Mokuy, la Bostwanaise Pelonomi Venson-Moitoi (déjà partant depuis juillet 2016) ; le tchadien Moussa Kaki Mahamat ; le Sénégalais Abdoulaye Bathily et la Kenyane Amona Mohamed Jibril.

Au sortir des tractations, le Tchadien Moussa Faki Mahamat est désigné Président de la Commission de l’Union africaine (CUA) pour remplacer Nkosazana Dlamini-Zuma.

Moussa Faki Mahamat prendra désormais les rênes de la CUA. Il s’est imposé au dernier tour de vote face à la kényane, Amina Mohamed Jibril avec 39 voix contre 15.  Ministre des Affaires étrangère tchadien depuis 2008, M. Mahamat âgé de 57 ans maîtrise la diplomatie africaine. Son élection vient mettre un terme à la prolongation de mandat de six mois dont a bénéficié Mme Dlamini-Zuma en raison de dissensions au sein de l’organisation qui n’ont pas permis d’élire son remplaçant.

Aussi, il faut reconnaître que la diplomatie tchadienne, les interventions du président Idriss Itno Deby face aux questions sécuritaires du continent  ont largement contribué à cette élection.

Le Royaume du Maroc réintègre l’institution panafricaine

Le 28ème Sommet de l’UA qui s’achève ce mardi a pour principal enjeu, la réintégration du Royaume du Maroc, 33 ans après l’avoir quitté. Ce qui a été fait sur une note de satisfaction générale.

33 ans après son départ, le Maroc vient officiellement de faire son grand retour au sein de l’Union africaine (UA). Selon l’agence Ecofin, le Maroc avait claqué la porte de l’organisation de l’unité africaine (OUA), l’ancêtre de l’UA, en raison de la reconnaissance de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), en 1984.  

Il y a quatre mois, le royaume chérifien a déposé une demande d’admission au sein de l’UA. Selon Jeune Afrique, 39 voix se sont élevés pour accepter la requête marocaine, même si, de l’avis des analystes, le lobbying de l’Algérie, rival maghrébin du royaume chérifien aurait pu aboutir à retarder cette admission. Au-delà du symbole, ce retour du Maroc au sein de l’organisation continentale traduit le désir de Rabat de renforcer ses liens avec la partie subsaharienne du continent et de se poser en acteur majeur en Afrique.

A cet effet, le roi Mohammed VI n’a pas ménagé ses efforts. Il a multiplié visites et signes d’amitiés en Afrique subsaharienne. Dans sa démarche, il n’a pas hésité à utiliser la diplomatie du phosphate en renforçant les partenariats agricoles et en mettant en œuvre la création d’un complexe de production d’engrais dédié à l’Afrique subsaharienne à Jorf Lasfar. (Ecofin)

 

 

Internationales

Elaboration du schéma de développement de l’Uemoa: le Bénin accueille la deuxième étape du processus

Le mécanisme d’élaboration du Schéma de développement de l’espace régional (Sder) de l’Uemoa a amorcé sa deuxième phase par un atelier de trois jours, démarré le lundi 7 novembre dernie...

LIRE LA SUITE

Le progrès de la gouvernance en Afrique au cours des dix dernières années est freiné par la détérioration enregistrée en matière de sécurité et état de droit, selon la Fondation

Près des deux tiers des citoyens africains vivent dans un pays où sécurité et état de droit se sont dégradés au cours des dix dernières années Londres, le 3 octobre 2016 – Le dernier I...

LIRE LA SUITE

EXCLUSIF. Interview à Federica Mogherini, Haute Représentante de l'Union Européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité

  Le Calame (Mauritanie), Sud Quotidien (Sénégal), Les Echos (Mali), Le Nouveau Républicain (Niger), Le Pays (Burkina Faso), L’Autre Quotidien (Bénin), Mutations (Cameroun), Le Confident (Rép...

LIRE LA SUITE

Les scrutins à la place des armes : les élections en Afrique favorisent-elles une alternance au pouvoir ?

Pourquoi prendre la peine de voter ? Partout dans le monde, lorsque les électeurs vont aux urnes, c’est parce qu’ils ont l’occasion de choisir, parmi les candidats en lice, les dirigeants qui ...

LIRE LA SUITE

TRIBUNE : Djibouti – débloquer le potentiel économique de l’Afrique

( Président de l'Autorité des Ports et Zones Franches de Djibouti) On dénombre un peu moins de 50 pays enclavés dans le monde ; dix d’entre eux constituent une chaîne le long de l’Afrique ...

LIRE LA SUITE

logo

Espace privé

Déjà abonné?



Abonnez-vous! Besoin d'aide?

Les plus lus

La dépigmentation : comment endiguer ce problème sociétal ?

La dépigmentation artificielle ou volontaire est un problè...

Lu 5038 fois, Ouvrir l'article

Distribution des produits de la Sobebra et du GAZ : le groupe Alechou se dote de 120 nouvelles camionnettes

Le groupe Aléchou renforce ses activités au bénin. Il vie...

Lu 3881 fois, Ouvrir l'article

Ministère de l’Economie Numérique et de la Communication : Mme Rafiatou Monrou prend les rênes et annonce ses priorités

 Mme Rafiatou Monrou, fraichement nommée à la tête du Mi...

Lu 3686 fois, Ouvrir l'article

Libre circulation des biens et personnes dans l’espace Uemoa-Cedeao : un atout pour le développement socio-économique des Etats membres

Avec une population de plus 300 millions d’habitants, les ...

Lu 3516 fois, Ouvrir l'article

Ouverture des dépôts de dossiers à la Dbsu: les responsables étudiants s’opposent aux autorités

Les étudiants du campus d’Abomey Calavi ont été renvoy...

Lu 3513 fois, Ouvrir l'article

Pub 3

Compteur de visites

1710561

Visites sur le site

ligue1
Espace pub