Flash info :

# Dossier

Entretien avec Dr Akuavi KIKI AHOUANDJINOU sur le vieillissement actif et le vieillissement en bonne santé.

 

« L’association des médecins retraités du Bénin vise à promouvoir le vieillissement actif et le vieillissement en bonne santé. »

 

La retraite est une étape de la vie active que bon nombre de personnes ont la chance d’expérimenter. A cette période elles sont encore en mesure d’offrir leur service à la population. Conscients de cette réalité des médecins retraités du Bénin se sont mis en association pour continuer à servir la population du Bénin. Dr Akuavi Kiki Ahouandjinou, Médecin Radiologue Echographiste est l’un des personnes retraitées au Bénin. Elle dirige actuellement l’Association des médecins retraités du Bénin qui vise à promouvoir le vieillissement actif et le vieillissement en bonne santé. Dr Akuavi Kiki Ahouandjinou en parle dans cette interview.

 

Propos recueillis par Eléonore Djegui

 

Dr Akuavi Kiki Ahouandjinou, pourquoi une association de médecins retraités au Bénin ?

Si nous avons créé cette association c’est parce que nous avons vu que des médecins, après des décennies de travail bien accompli, ont eu à prendre en charge des personnes mais sont eux-mêmes délaissés à la retraite. Nous avons par exemple, des aînés qui ont perdu la vue, qui ne peuvent pas marcher, qui restent dans leur coin. Nous nous sommes dit que ce n’est pas normal parce qu’après la retraite il y a une autre vie que nous devons mener. Aller à la retraite pour nous, signifie simplement changer d’activité. En ce qui me concerne, je ne me plains pas d’être à la retraite parce que je suis et me rends encore utile à la population. Je souhaite à tout un chacun de travailler et d’aller à la retraite. Au sein de notre association, nous luttons pour ce fait. Notre slogan c’est rester actif pour bien vieillir et vieillir en bonne santé. L’association des médecins retraités du Bénin s’attèle à promouvoir le vieillissement actif et le vieillissement en bonne santé.

L’association que je préside  veut apporter sa contribution à la définition, à la mise en œuvre de la politique de développement sanitaire qui puisse garantir aux populations béninoises un bien-être physique mental et social. En choisissant de rester actifs, les membres de l’association des médecins retraités, affirment être disposés à accompagner les ministères de la santé, de la Fonction Publique, du Travail et des Affaires Sociales pour le développement sanitaire du Bénin et surtout pour la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD).

 

Vous avez dépassé la soixantaine et malgré cela vous paraissez toujours jeune. Quel est votre secret ?

Je n’ai aucun secret. Pour rester jeune il faut être toujours en activité. Je n’aime pas l’oisiveté. J’aime le travail et le travail bien. Je l’ai fait tout au long de ma carrière. Je continue de travailler. Je milite dans des associations qui me permettent d’être  en forme. Et puis, quand on parle de vieillesse, c’est un état d’esprit. Je suis jeune et je resterai toujours jeune. Pour moi, c’est maintenant que commence la vie. Je n’ai que 3 ans et demi. Les soixante ans passés ne sont rien pour moi. C’est maintenant que commence la vie.

 

Quel mode de vie l’être humain doit adopter pour vieillir en bonne santé ?

Pour vieillir en bonne santé il faut avoir une bonne hygiène de vie. Savoir ce que son corps réclame. Il ne faut pas suivre aveuglement les conseils relatifs à l’alimentation par exemple. Il faut savoir écouter son corps. Personnellement, j’écoute mon corps. Je ne mange pas ce que mon organisme rejette. Je ne fais pas de régime non plus. Sinon que je suis tout terrain. J’aime être toujours en activité. C’est surtout cela. Il faut être en activité tout le temps. L’oisiveté et la paresse sont à combattre. Il faut travailler. J’aime travailler et côtoyer des personnes qui travaillent beaucoup surtout les femmes et j’en suis fière.

 

Nous assistons aujourd’hui, à une sorte d’expansion des cancers, notamment, le cancer du col de l’utérus, le cancer de sein. Quelle lecture faites-vous de cet état de chose ?

Il y a l’environnement, l’hygiène de vie, également des pratiques que nous avons aujourd’hui que nos mamans n’ont pas connu. Je ne dis pas que les cancers n’existaient pas. Elles existaient peut- être mais étaient très peu connus parce qu’il n’y a avait pas des moyens de les diagnostiquer. Certaines personnes en mourraient sans qu’on arrive à diagnostiquer la pathologie. Mais il faut reconnaître aujourd’hui, que s’il y a extension de ces cancers c’est compte tenu aussi de nos pratiques. Quand je prends le cancer de sein, il y a des tumeurs qui sont bénignes, d’autres sont malignes et personnellement je l’attribue un peu à l’hygiène de vie, aux comportements, aux troubles hormonaux qui, quelquefois, sont liées aux comportements de chaque femme si bien que nous assistons à ces pathologies qui sont répandues au Bénin et dans le monde. Notre environnement favorise ces cancers.

Compte tenue des conseils tous azimuts sur cette affection, de nombreuses personnes sont désorientées. Elles ne savent pas toujours quel comportement adapté.  Pour ce faire, je me dis qu’il faut écouter son organisme et ne pas faire le suivisme.  

 

Parlant de comportement que conseillez-vous concrètement à la population ?

Vous savez il y a certaines personnes qui se livrent aux activités sexuelles précocement, qui ont des pratiques sexuelles peu recommandables. Des personnes qui utilisent des médicaments non recommandés, des produits d’origine douteuse, des médicaments traditionnels, modernes sans être sûrs de leur utilité pour leur organisme. Tout cela favorise les cancers. Les organismes ne sont pas les mêmes et les besoins non plus. Il y a les troubles hormonaux. Nos parents avaient une durée de vie que nous n’avons pas aujourd’hui parce qu’ils menaient pas mal d’activités physiques. Ils dépensaient de l’énergie et étaient en plein forme. Aujourd’hui, lorsque nous prenons les femmes enceintes par exemple, elles sont limitées dans leurs activités. Elles ne s’efforcent pas à travailler pour la plupart alors que nos mamans, dans l’ancien temps, faisaient pratiquement tout. Elles allaient au champ, au puits, dépensaient de l’énergie et, au moment de l’accouchement, cela leur est plus facile. C’est pourquoi je parlais tantôt de l’environnement qui ne nous rend pas la tâche aisée. La pollution et tout ce que nous consommons qui ne sont pas des produits sains nous créent des problèmes de santé.

 

Un appel à l’endroit du gouvernement et des femmes en particulier.

Je pense qu’il faut sensibiliser la population du Bénin, l’informer sur certaines pratiques à adopter pour éviter des maladies comme le cancer. Il y a des affections qu’on ne peut pas éviter certes, mais qu’on peut tout de même prévenir. C’est toujours mieux de prévenir que de guérir. Le ministère de la Famille avait voulu que nous travaillions ensemble entretemps pour qu’on essaye de sensibiliser un peu la population sur des pratiques pouvant permettre d’éviter certaines maladies. Nous espérons toujours cette collaboration pour le bien-être de nos populations.

 

Entretien avec Dr Akuavi KIKI AHOUANDJINOU sur le vieillissement actif et le vieillissement en bonne santé.

« L’association des médecins retraités du Bénin vise à promouvoir le vieillissement actif et le vieillissement en bonne santé. »

 

La retraite est une étape de la vie active que bon nombre de personnes ont la chance d’expérimenter. A cette période elles sont encore en mesure d’offrir leur service à la population. Conscients de cette réalité des médecins retraités du Bénin se sont mis en association pour continuer à servir la population du Bénin. Dr Akuavi Kiki Ahouandjinou, Médecin Radiologue Echographiste est l’un des personnes retraitées au Bénin. Elle dirige actuellement l’Association des médecins retraités du Bénin qui vise à promouvoir le vieillissement actif et le vieillissement en bonne santé. Dr Akuavi Kiki Ahouandjinou en parle dans cette interview.

 

Propos recueillis par Eléonore Djegui

 

Dr Akuavi Kiki Ahouandjinou, pourquoi une association de médecins retraités au Bénin ?

Si nous avons créé cette association c’est parce que nous avons vu que des médecins, après des décennies de travail bien accompli, ont eu à prendre en charge des personnes mais sont eux-mêmes délaissés à la retraite. Nous avons par exemple, des aînés qui ont perdu la vue, qui ne peuvent pas marcher, qui restent dans leur coin. Nous nous sommes dit que ce n’est pas normal parce qu’après la retraite il y a une autre vie que nous devons mener. Aller à la retraite pour nous, signifie simplement changer d’activité. En ce qui me concerne, je ne me plains pas d’être à la retraite parce que je suis et me rends encore utile à la population. Je souhaite à tout un chacun de travailler et d’aller à la retraite. Au sein de notre association, nous luttons pour ce fait. Notre slogan c’est rester actif pour bien vieillir et vieillir en bonne santé. L’association des médecins retraités du Bénin s’attèle à promouvoir le vieillissement actif et le vieillissement en bonne santé.

L’association que je préside  veut apporter sa contribution à la définition, à la mise en œuvre de la politique de développement sanitaire qui puisse garantir aux populations béninoises un bien-être physique mental et social. En choisissant de rester actifs, les membres de l’association des médecins retraités, affirment être disposés à accompagner les ministères de la santé, de la Fonction Publique, du Travail et des Affaires Sociales pour le développement sanitaire du Bénin et surtout pour la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD).

 

Vous avez dépassé la soixantaine et malgré cela vous paraissez toujours jeune. Quel est votre secret ?

Je n’ai aucun secret. Pour rester jeune il faut être toujours en activité. Je n’aime pas l’oisiveté. J’aime le travail et le travail bien. Je l’ai fait tout au long de ma carrière. Je continue de travailler. Je milite dans des associations qui me permettent d’être  en forme. Et puis, quand on parle de vieillesse, c’est un état d’esprit. Je suis jeune et je resterai toujours jeune. Pour moi, c’est maintenant que commence la vie. Je n’ai que 3 ans et demi. Les soixante ans passés ne sont rien pour moi. C’est maintenant que commence la vie.

 

Quel mode de vie l’être humain doit adopter pour vieillir en bonne santé ?

Pour vieillir en bonne santé il faut avoir une bonne hygiène de vie. Savoir ce que son corps réclame. Il ne faut pas suivre aveuglement les conseils relatifs à l’alimentation par exemple. Il faut savoir écouter son corps. Personnellement, j’écoute mon corps. Je ne mange pas ce que mon organisme rejette. Je ne fais pas de régime non plus. Sinon que je suis tout terrain. J’aime être toujours en activité. C’est surtout cela. Il faut être en activité tout le temps. L’oisiveté et la paresse sont à combattre. Il faut travailler. J’aime travailler et côtoyer des personnes qui travaillent beaucoup surtout les femmes et j’en suis fière.

 

Nous assistons aujourd’hui, à une sorte d’expansion des cancers, notamment, le cancer du col de l’utérus, le cancer de sein. Quelle lecture faites-vous de cet état de chose ?

Il y a l’environnement, l’hygiène de vie, également des pratiques que nous avons aujourd’hui que nos mamans n’ont pas connu. Je ne dis pas que les cancers n’existaient pas. Elles existaient peut- être mais étaient très peu connus parce qu’il n’y a avait pas des moyens de les diagnostiquer. Certaines personnes en mourraient sans qu’on arrive à diagnostiquer la pathologie. Mais il faut reconnaître aujourd’hui, que s’il y a extension de ces cancers c’est compte tenu aussi de nos pratiques. Quand je prends le cancer de sein, il y a des tumeurs qui sont bénignes, d’autres sont malignes et personnellement je l’attribue un peu à l’hygiène de vie, aux comportements, aux troubles hormonaux qui, quelquefois, sont liées aux comportements de chaque femme si bien que nous assistons à ces pathologies qui sont répandues au Bénin et dans le monde. Notre environnement favorise ces cancers.

Compte tenue des conseils tous azimuts sur cette affection, de nombreuses personnes sont désorientées. Elles ne savent pas toujours quel comportement adapté.  Pour ce faire, je me dis qu’il faut écouter son organisme et ne pas faire le suivisme.  

 

Parlant de comportement que conseillez-vous concrètement à la population ?

Vous savez il y a certaines personnes qui se livrent aux activités sexuelles précocement, qui ont des pratiques sexuelles peu recommandables. Des personnes qui utilisent des médicaments non recommandés, des produits d’origine douteuse, des médicaments traditionnels, modernes sans être sûrs de leur utilité pour leur organisme. Tout cela favorise les cancers. Les organismes ne sont pas les mêmes et les besoins non plus. Il y a les troubles hormonaux. Nos parents avaient une durée de vie que nous n’avons pas aujourd’hui parce qu’ils menaient pas mal d’activités physiques. Ils dépensaient de l’énergie et étaient en plein forme. Aujourd’hui, lorsque nous prenons les femmes enceintes par exemple, elles sont limitées dans leurs activités. Elles ne s’efforcent pas à travailler pour la plupart alors que nos mamans, dans l’ancien temps, faisaient pratiquement tout. Elles allaient au champ, au puits, dépensaient de l’énergie et, au moment de l’accouchement, cela leur est plus facile. C’est pourquoi je parlais tantôt de l’environnement qui ne nous rend pas la tâche aisée. La pollution et tout ce que nous consommons qui ne sont pas des produits sains nous créent des problèmes de santé.

 

Un appel à l’endroit du gouvernement et des femmes en particulier.

Je pense qu’il faut sensibiliser la population du Bénin, l’informer sur certaines pratiques à adopter pour éviter des maladies comme le cancer. Il y a des affections qu’on ne peut pas éviter certes, mais qu’on peut tout de même prévenir. C’est toujours mieux de prévenir que de guérir. Le ministère de la Famille avait voulu que nous travaillions ensemble entretemps pour qu’on essaye de sensibiliser un peu la population sur des pratiques pouvant permettre d’éviter certaines maladies. Nous espérons toujours cette collaboration pour le bien-être de nos populations.

 

(Insérer photo Akuavi Kiki dans saisie1)

 

Dossier

Cours de vacances : Quelle pertinence et quelles réformes ?

  Apres neuf mois de travail, les enseignants et le corps administratif  organisent des cours pendant le mois d’Août lorsque les apprenants sont en vacances. Ils sont dispensés dans les écoles...

LIRE LA SUITE

Investigation sur des sujets de santé dans le Septentrion : deux journalistes exposent leurs résultats

Le secteur de la santé est l’un des secteurs qui regorgent assez de problèmes. Ce constat a conduit deux journalistes de la presse écrite, en la personne de Vadim Quirin du journal « La Nouvell...

LIRE LA SUITE

Epidémie de grippe et de gastro : se laver les mains, un geste efficace sous

Pour éviter le risque de transmission des virus hivernaux, est-ce vraiment efficace de se laver les mains ? L'organisation mondiale de la santé le recommande, ainsi que les autorités sanitaires. Ma...

LIRE LA SUITE

Fin de la campagne Know it, Own it du Mouvement d’Action des Jeunes (MAJ) : les membres présentent leur bilan d’activité

Dans le souci de permettre aux jeunes l’accès à une éducation sexuelle intégrée de bonne qualité appuyé par des informations nécessaires à leur orientation vers des sources appropriées et ...

LIRE LA SUITE

Retour annoncé des ‘’taxi-ville’’ dans les villes du Bénin : les Béninois apprécient mais restent dubitatifs

Le projet du gouvernement de créer une flotte de taxis dans les villes du Bénin a été diversement compris par les populations de Cotonou et environs. Quelques citoyens se prononcent sur la questio...

LIRE LA SUITE

logo

Espace privé

Déjà abonné?



Abonnez-vous! Besoin d'aide?

Les plus lus

Distribution des produits de la Sobebra et du GAZ : le groupe Alechou se dote de 120 nouvelles camionnettes

Le groupe Aléchou renforce ses activités au bénin. Il vie...

Lu 3515 fois, Ouvrir l'article

La dépigmentation : comment endiguer ce problème sociétal ?

La dépigmentation artificielle ou volontaire est un problè...

Lu 3474 fois, Ouvrir l'article

Ministère de l’Economie Numérique et de la Communication : Mme Rafiatou Monrou prend les rênes et annonce ses priorités

 Mme Rafiatou Monrou, fraichement nommée à la tête du Mi...

Lu 3288 fois, Ouvrir l'article

Ouverture des dépôts de dossiers à la Dbsu: les responsables étudiants s’opposent aux autorités

Les étudiants du campus d’Abomey Calavi ont été renvoy...

Lu 3209 fois, Ouvrir l'article

«Le Parlement du Rire» à l’écran demain : CANAL+ vous fera rire avec les meilleurs humoristiques africains

Le groupe Canal + lance en exclusivité ce 30 Janvier 2016, ...

Lu 2996 fois, Ouvrir l'article

Pub 3

Compteur de visites

1460699

Visites sur le site

ligue1
Espace pub