Flash info :

# Invité

Entretien exclusif avec Moise Katumbi

Entretien exclusif avec Moise Katumbi

« J’ai un rêve : rendre au Congo son honneur perdu »

La République démocratique du Congo n’est-il pas menacée de chaos enfermé dans un vaste territoire riche, mais pauvre et d’une instabilité notoire ? L’Etat central arrive à peine avec l’aide des Nations Unies à maintenir un semblant de nation et d’Etat, plongés dans des guerres sans fin. Et par-dessus tout, l’ancien Zaïre du dictateur Mobutu, semble toujours aux prises avec des errements politiques qui mettent le pays permanemment dans une situation de délitement. Le dialogue politique national est désormais en panne et le pays sombre dans une violence qui n’augure aucune perspective de stabilité, le processus pour l’élection présidentielle étant bloquée. Moïse Katumbi, l’opposant qui fait peur à Joseph Kabila le président, apporte des éclairages sur la situation, dans une interview exclusive au réseau Afronline. 

Entretien réalisé par Joshua Massarenti(Afronline/Vita/Italie) 

M. Katumbi,  le lundi 19 septembre, de nombreux congolais sont descendus dans les rues pour protester contre le retard accumulé dans l’organisation de l’élection présidentielle en RDC. Les manifestations ont été entachées par des affrontements extrêmement violents entre les manifestants et les forces de l’ordre congolaises à Kinshasa, avec un bilan de 17 morts, dont 3 policiers. Comment réagissez-vous à ces violences ?

La violence et la répression sont l’œuvre du régime, et elles ont été disproportionnées. Je les condamne fermement car des dizaines de Congolais ont perdu la vie. Que leur âme repose en paix. Ce qui s’est passé à Kinshasa ne peut pas rester impuni. Personne ne peut fermer les yeux face à l’agression révoltante qu’a subie Martin Fayulu, un opposant qui a toujours défendu pacifiquement la Constitution. 

Ces violences font suite à l’ouverture le 1er septembre dernier du « dialogue politique national » proposé par le Président sortant, Joseph Kabila, et qui réunit la majorité présidentielle, une partie de l’opposition et la société civile. L’objectif est de relancer un processus électoral qui semble dans l’impasse. Quelles sont les raisons de votre refus d’adhérer à ce dialogue ?

On parle de dialogue politique, mais il s’agit d’un monologue de Kabila, qui aujourd’hui est bien seul. Cette initiative aurait eu un sens si tous les acteurs y avaient adhéré. C’est étonnant car l’inclusivité est prévue dans la résolution 2277 des Nations Unies. Il s’agit d’un document que le facilitateur de l’Union Africaine, Edem Kodjo, a dit vouloir respecter à la lettre. Malheureusement, la situation n’a pas évolué dans le bon sens. Pourtant, nous étions ouverts au dialogue, mais à certaines conditions. Pour certains d’entre nous, il était impossible d’entamer les discussions avec le régime de Kabila sans la libération des prisonniers politiques, la fin des persécutions judiciaires à l’encontre d’opposants et de représentants des mouvements citoyens, sans un engagement clair de Kabila à respecter la Constitution, et donc de quitter le pouvoir au terme de son second et dernier mandat ;  à savoir le 19 décembre prochain, et sans un dialogue sur les massacres de Beni, dans l’est du pays. Aucune de nos requêtes n’ont été accueillies.

Mais entre fin août et début septembre Kabila a fait libérer certains leaders des mouvements citoyens de Lucha et de Filimbi. N’est-ce pas là un signe d’ouverture ?

Certes, le geste est appréciable, mais aujourd’hui nous pleurons nos morts. Il faut par ailleurs rappeler qu’il s’agit de libertés provisoires, car aucun des chefs d’accusation n’a été levé. C’est une façon pour le régime de pratiquer du chantage envers les jeunes contestataires congolais et les empêcher de réclamer leurs droits. Pire, le jour où Kabila a fait libérer huit personnes, il en a fait incarcérer 118 autres, tous des prisonniers politiques. Au lieu de mettre en prison des citoyens qui protestent pacifiquement contre la violation de la Constitution, Kabila devrait faire un procès et incarcérer les rebelles du M-23, un mouvement armé qui a tué des milliers de Congolais dans l’est du pays et qu’il a fait amnistier. Il n’a absolument rien fait pour favoriser l’ouverture de procès et je crains qu’il ne le fasse jamais ! Il y a par contre une chose que son régime pratique très bien : la répression des manifestants. 17 sont morts cette semaine, 400 autres jeunes Congolais l’ont été en janvier. Dans tout ça, il a oublié de mettre un terme aux massacres de Beni. Il devait demander la création d’un Tribunal pénal international semblable à celui qui a été créée à Arusha, en Tanzanie, après le génocide du Rwanda. Avez-vous la moindre idée de ce qui se passe là-bas ? Des hommes, des femmes et des enfants sont tués dans des conditions atroces. C’est un carnage qui se déroule sous les yeux de toute la Communauté internationale, mais personne n’agit. C’est très grave.

L’Eglise catholique a décidé de se retirer du dialogue. Qu’en pensez-vous ?

Après les violences du 19 septembre, c’était inévitable. Elle avait déjà menacé de se retirer car elle n’acceptait pas de participer à un monologue dont l’unique objectif est celui de violer la Constitution. Et c’est la raison pour laquelle nous demandons l’application de l’article 64 de cette Constitution.

Que dit cet article ?

Tout congolais a le droit d’empêcher un individu ou un groupe d’individus de prendre le pouvoir par la force ou qui exerce le pouvoir en violation des dispositions prévues par la Constitution. En d’autres termes, les Congolais ont le droit de faire en sorte que Kabila quitte le pouvoir d’ici le 19 décembre.

Qu’attendez-vous aujourd’hui de Kabila ?

Kabila doit revenir à la raison et sortir par la grande porte, car il faut savoir partir à temps. Il y a une vie après la présidence. Il sera apprécié, si et seulement s’il libère le Congo. Aujourd’hui le Président a deux options : soit il rentre dans l’histoire en quittant le pouvoir dans les délais constitutionnels, soit il connaîtra la fin de l’ancien président Burkinabé, Blaise Compaoré.

Que demandez-vous à la Communauté internationale, et en particulier à l’Union Africaine ?

L’Union Africaine doit nous aider car personne ne peut violer la Constitution. Nous apprécions ce qu’elle a fait jusqu’à aujourd’hui, mais elle doit être très attentive à cette Constitution, la faire appliquer et adopter des sanctions contre ceux qui en violent les principes. Les sanctions sont un moyen efficace pour dissuader les hommes du régime congolais de violer les droits humains. Je demande à l’Union Européenne d’adopter des sanctions, en suivant l’exemple des Etats-Unis. Comment est-il possible en effet qu’une personnalité comme Kalev Monod, responsable des services de sécurité de la RDC, puisse circuler librement sans que personne au sein de la Communauté internationale ne lui demande des comptes sur les graves violations qu’il a commises ? Ce n’est pas sérieux ! « 

  « Je demande à l’Union Européenne d’adopter des sanctions, en suivant l’exemple des Etats-Unis. »

 

En mai dernier vous avez été contraint de fuir le pays. Aujourd’hui vous vous dites prêt à y revenir. Vous ne craignez pas pour votre vie ?

Les menaces sont toujours présentes. En RDC j’ai été condamné à trois ans de prison sans pouvoir être défendu par mes avocats. Ils disent qu’ils m’arrêteront dès mon retour, mais je compte quand-même y retourner et j’y retournerai.

Quand ?

C’est encore trop tôt. Vous savez au Congo un opposant craint par le régime sait qu’il doit prendre en compte plusieurs risques, l’emprisonnement, l’empoisonnement et le risque de finir au cimetière.

Pourquoi y retourner donc ?

Pour les souffrances du peuple congolais. Je pourrais tranquillement rester en Europe avec ma famille, mais ce n’est pas mon souhait. J’ai un rêve : rendre au Congo son honneur perdu.

© Afronline/VITA (Italie), Sud Quotidien (Sénégal), L’Autre Quotidien (Bénin), Les Echos (Mali), Mutations (Cameroun), Le Confident (RCA), Le Nouveau Républicain (Niger). 

Invité

70 ans de votre Hebdomadaire catholique « La Croix du BEnin » : le Directeur de publication Crépin Magloire Acapovi en parle

Dans cette interview exclusive sur les 70 ans du Journal « La Croix du Bénin » le Directeur de publication, le Père Crépin Magloire Acapovi, tout en exhortant les lecteurs et lectrices de même q...

LIRE LA SUITE

Etat des lieux du secteur minier au Bénin : rendre notre code minier national plus attractif pour les investisseurs

Du 19 au 20 janvier 2017, s’est tenu au Centre de Formation Professionnelle et de Perfectionnement de la Communauté Electrique du Bénin à Abomey-Calavi, un atelier sur la révision du code minier...

LIRE LA SUITE

Lionel Zinsou a cœur ouvert sur RFI : « … A l’appel, je ne déroberai pas… »

L'INTERVIEW RFI EN INTÉGRALITÉ Il ne s'est pas beaucoup exprimé depuis sa défaite à la présidentielle du Bénin, en mars dernier, face à Patrice Talon. Aujourd'hui, Lionel Zinsou revient à so...

LIRE LA SUITE

Carte blanche à …. Emile Derlin Zinsou

 « A l’époque, un Français qui travaillait en Afrique –même s’il est le dernier des imbéciles - gagnait plus que le plus brillant des Africains de son service. C’est inacceptable ! »...

LIRE LA SUITE

Vindicte populaire endémique au Bénin : C’est si facile de mourir torturé et brûlé vif dans ce pays !

Tribune Des bourreaux poussant des ébats folâtres autour d’individus embrasés qui se débattent dans un combat inégal contre la mort, initié par ses pairs qui ont décidé unilatéralement de ...

LIRE LA SUITE

logo

Espace privé

Déjà abonné?



Abonnez-vous! Besoin d'aide?

Les plus lus

Distribution des produits de la Sobebra et du GAZ : le groupe Alechou se dote de 120 nouvelles camionnettes

Le groupe Aléchou renforce ses activités au bénin. Il vie...

Lu 3515 fois, Ouvrir l'article

La dépigmentation : comment endiguer ce problème sociétal ?

La dépigmentation artificielle ou volontaire est un problè...

Lu 3474 fois, Ouvrir l'article

Ministère de l’Economie Numérique et de la Communication : Mme Rafiatou Monrou prend les rênes et annonce ses priorités

 Mme Rafiatou Monrou, fraichement nommée à la tête du Mi...

Lu 3288 fois, Ouvrir l'article

Ouverture des dépôts de dossiers à la Dbsu: les responsables étudiants s’opposent aux autorités

Les étudiants du campus d’Abomey Calavi ont été renvoy...

Lu 3209 fois, Ouvrir l'article

«Le Parlement du Rire» à l’écran demain : CANAL+ vous fera rire avec les meilleurs humoristiques africains

Le groupe Canal + lance en exclusivité ce 30 Janvier 2016, ...

Lu 2996 fois, Ouvrir l'article

Pub 3

Compteur de visites

1460805

Visites sur le site

ligue1
Espace pub