Flash info :

# Dossier

Atelier sur le projet « Les leaders religieux s’engagent»: bonne implication des religieux dans la planification familiale

Atelier sur le projet « Les leaders religieux s’engagent»: bonne implication des religieux dans la planification familiale

Le Ministère de la santé du Bénin, l’Ambassade des Pays Bas et l’Organisation des Nations-Unies pour la population (Unfpa) ont organisé un atelier de restitution de la rencontre de Dakar avec les leaders religieux sur la planification familiale. Occasion de présenter l’état d’avancement du Projet « Les leaders religieux s’engagent ». L’événement s’est déroulé, hier, Jeudi 21 Avril, au Chant d’oiseau de Cotonou.

Béatrice Kouménougbo

L’atteinte des objectifs en matière de santé de reproduction (Sr), ne peut se réaliser sans tenir compte des valeurs culturelles et religieuses des populations cibles. C’est conscient de cette réalité que certains acteurs de la Sr et de la planification familiale en particulier, s’inscrivant dans une approche holistique, ont impliqué les religieux dans leur stratégie de promotion de la planification des naissances au Bénin. C’est à travers le projet « Les religieux s’engagent » qui a démarré en 2013. Après plus de deux ans de mise en œuvre du projet, il s’avérait nécessaire de faire le bilan pour évaluer les avancées.

C’est l’un des objectifs de cet atelier. Il vise aussi la restitution de la rencontre régionale qui a rassemblé des leaders religieux autour de la question de la Pf à Dakar en 2015. Selon le chef service planification familiale, Dr Gaston Ahounou, représentant le ministère de la santé, au cours de cet atelier, le rôle des religieux dans la santé de la reproduction est déterminant. Deux facteurs militent pour ce choix. D’une part, les idées préconçues des populations sur la planification familiale selon leurs religions ou croyances traditionnelles et culturelles ; d’autre part, les indicateurs du Bénin en matière de santé de reproduction. Ils sont de l’ordre de  4,9% pour l’indice de fécondité, selon le recensement général de la population de 2013, et 32% de besoins non satisfaits selon l’enquête démographique de santé (Eds 2011-2012). Devant ce tablaux, il fallait impliquer les leaders religieux dans la sensibilisation et les actions de terrain en faveur de la planification des naissances.

C’est ainsi qu’en 2013, sous la direction du Ministère de la santé et du Ministère chargé des cultes et l’Abms Psi, le projet a démarré avec six confessions religieuses que sont : les catholiques, les méthodistes, les musulmans, les évangéliques, les Célestes, les religions endogènes. Selon la présentation d’Imorou Assan Aoudou, l’un des acteurs du projet, des mini-projets ont été élaborés par chaque confession religieuse, des activités de relais communautaires ont été initiées, ainsi que des mini campagnes de gratuité par chaque coordination du projet au sein des confessions religieuses. A cela s’ajoute, la formation des agents des centres de santé de certaines confessions religieuses sur les méthodes contraceptives. Ce qui a été mentionné c’est que le projet n’impose pas aux religions les activités à organiser pour la promotion de la planification familiale mais laisse le soin à chaque religion en fonction de sa croyance de concevoir un plan d’activité conforme aux objectifs fixés par le projet. Au total selon le bilan fait, les activités mises en œuvre par toutes les confessions religieuses ont permis le recrutement de 4800 nouvelles acceptantes. Concernant les leçons apprises dans le cadre de ce projet, le communicateur a cité la dissipation des fausses idées sur la planification familiale, le succès des mini-campagnes de gratuité qui ont permis d’enregistrer de nouvelles acceptantes, la nécessité de la promotion du genre qui est ressortie dans la mise en œuvre du projet. Qu’en est-il des résultats de la rencontre de Dakar ? 

Les points clés de la rencontre des religieux à Dakar sur la Pf

Selon la présentation de Dr Gaston Ahounou, la rencontre des leaders religieux qui s’est tenue à Dakar du 26 au 27 Octobre 2015 était centrée sur la contribution des confessions religieuses pour atteindre les objectifs de la Sr. Les objectifs visés étaient au nombre de trois. Mettre en place une plateforme de partage de connaissances sur les actions des leaders religieux dans le domaine de la Sr et de la Pf. Etablir un mécanisme régional de coordination et définir des  plans d’action Pays 2016 en faveur du dividende démographique. A Dakar, les religieux ont pris l’engagement de travailler : à l’accès universel des femmes aux services de Sr et de PF, lever les barrières socioculturelles ; lutter contre l’extrémisme violent et protéger les jeunes contre les facteurs qui les rendent vulnérables. L’Atelier a conduit à la mise en place d’outils de plaidoyer, l’établissement de réseaux élargis et surtout l’adoption et l’élaboration de plan d’action  2016 par pays a conclu Dr Gaston Ahounou. Par ailleurs, le chef service planification familiale du Ministère de la santé a ouvert, au cours de sa présentation, une brèche sur le dividende démographique. Dans un langage qu’il voulait le plus accessible possible, il a expliqué que le dividende démographique est la croissance économique accélérée qui résulte du changement de la structure par âge d’une population, de sorte que les actifs qui produisent au sein de la population soient plus nombreux que les personnes dépendantes. La réalisation du dividende démographique nécessite l’investissement dans quatre secteurs que sont la santé, l’éducation, l’économie et la gouvernance a-t-il signalé. Mais l’explication a suscité quelques inquiétudes de la part des participants.

Encadré

Ici, on parle d’espacement des naissances et non de limitation !

L’explication sur le dividende démographique au cours de cet atelier a fait réagir plusieurs participants qui se sont interrogés sur les objectifs réels de ce concept. « Nous ne voulons pas que vous nous poussez vers la limitation des naissances. Avec le projet les Religieux s’engagent, on avait compris qu’il était question d’espacement et non de limitation des naissances. Nous ne souhaitons pas que vous nous engagiez sur le terrain de la limitation des naissances » a déclaré un participant.

« Ce que j’avais compris jusque-là c’est que par exemple si une femme a décidé de faire douze enfants, on l’aide à espacer ses naissances et non lui demander de limiter. Je ne souhaite pas qu’on nous engage sur un terrain qu’on ne maîtrise pas » a exprimé une autre participante. « Le modèle de développement qu’on nous propose en cherchant à avoir moins de jeunes de 15 ans et plus d’actifs productifs, quelle est sa durabilité en terme de développement ? » s’est interrogé un autre participant. Autant d’inquiétudes qui ont prévalu à la brèche ouverte sur le dividende démographique au cours des présentations.

A ces préoccupations, des clarifications ont été apportées par le Dr Gaston Ahounou et le représentant Résident de l’Unfpa au Bénin, Dr Ouédraogo Koudaogo. Ces deux responsables à divers niveaux ont martelé qu’il n’a jamais été question au cours des présentations de parler de limitation des naissances, le dividende démographique selon le représentant résident de l’Unfpa au Bénin n’est pas un concept dont la réalisation se produit au niveau individuel mais dépend plutôt des politiques de développement mises en place par un Etat.

Selon ses explications, le Bénin est rentré dans sa phase de transition démographique depuis 1993, 2/3 de la population est jeune et il question de savoir quelle politique mettre en place en matière de maîtrise de la démographique, et d’investissement dans l’éducation de qualité, la santé, l’emploi, la gouvernance pour tirer profit de cette jeunesse. Les pays qui ignorent l’évolution de leur démographie et n’anticipent pas sont souvent surpris par les conséquences a-t-il signalé. Ce débat illustre qu’au Bénin un certain consensus se dégage davantage autour de l’espacement des naissances que de leur limitation.

B.K

 

Dossier

Cours de vacances : Quelle pertinence et quelles réformes ?

  Apres neuf mois de travail, les enseignants et le corps administratif  organisent des cours pendant le mois d’Août lorsque les apprenants sont en vacances. Ils sont dispensés dans les écoles...

LIRE LA SUITE

Investigation sur des sujets de santé dans le Septentrion : deux journalistes exposent leurs résultats

Le secteur de la santé est l’un des secteurs qui regorgent assez de problèmes. Ce constat a conduit deux journalistes de la presse écrite, en la personne de Vadim Quirin du journal « La Nouvell...

LIRE LA SUITE

Epidémie de grippe et de gastro : se laver les mains, un geste efficace sous

Pour éviter le risque de transmission des virus hivernaux, est-ce vraiment efficace de se laver les mains ? L'organisation mondiale de la santé le recommande, ainsi que les autorités sanitaires. Ma...

LIRE LA SUITE

Fin de la campagne Know it, Own it du Mouvement d’Action des Jeunes (MAJ) : les membres présentent leur bilan d’activité

Dans le souci de permettre aux jeunes l’accès à une éducation sexuelle intégrée de bonne qualité appuyé par des informations nécessaires à leur orientation vers des sources appropriées et ...

LIRE LA SUITE

Entretien avec Dr Akuavi KIKI AHOUANDJINOU sur le vieillissement actif et le vieillissement en bonne santé.

  « L’association des médecins retraités du Bénin vise à promouvoir le vieillissement actif et le vieillissement en bonne santé. »   La retraite est une étape de la vie active que bon...

LIRE LA SUITE

logo

Espace privé

Déjà abonné?



Abonnez-vous! Besoin d'aide?

Les plus lus

Distribution des produits de la Sobebra et du GAZ : le groupe Alechou se dote de 120 nouvelles camionnettes

Le groupe Aléchou renforce ses activités au bénin. Il vie...

Lu 3515 fois, Ouvrir l'article

La dépigmentation : comment endiguer ce problème sociétal ?

La dépigmentation artificielle ou volontaire est un problè...

Lu 3474 fois, Ouvrir l'article

Ministère de l’Economie Numérique et de la Communication : Mme Rafiatou Monrou prend les rênes et annonce ses priorités

 Mme Rafiatou Monrou, fraichement nommée à la tête du Mi...

Lu 3288 fois, Ouvrir l'article

Ouverture des dépôts de dossiers à la Dbsu: les responsables étudiants s’opposent aux autorités

Les étudiants du campus d’Abomey Calavi ont été renvoy...

Lu 3209 fois, Ouvrir l'article

«Le Parlement du Rire» à l’écran demain : CANAL+ vous fera rire avec les meilleurs humoristiques africains

Le groupe Canal + lance en exclusivité ce 30 Janvier 2016, ...

Lu 2996 fois, Ouvrir l'article

Pub 3

Compteur de visites

1460718

Visites sur le site

ligue1
Espace pub