Flash info :

# Dossier

Méningite à méningocoques : un problème de santé publique

Méningite à méningocoques : un problème de santé publique

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la méningite à méningocoques est une forme de méningite bactérienne, une grave infection des fines membranes qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière. Les taux les plus élevés de prévalence de cette maladie sont enregistrés dans la ceinture de la méningite, qui s'étend en Afrique sub-saharienne du Sénégal à l'ouest jusqu'à l'Éthiopie à l'est. 

Eléonore Djegui 

La méningite à méningocoques peut causer de graves lésions cérébrales et se révèle mortelle dans 50% des cas si elle n'est pas traitée. La Neisseria meningitidis est l’une des différentes bactéries pouvant causer une méningite. Elle est la plus susceptible de provoquer des épidémies importantes. Selon l’OMS, on a recensé 12 sérogroupes de Neisseria meningitidis, dont 6 sont connus pour provoquer des épidémies A, B, C, W135, X et Y. La répartition géographique et le potentiel épidémique varient d’un sérogroupe à l’autre. Le Méningocoque Neisseria Méningitidis ou germe W135 est le type qui a fait l’objet d’une épidémie à la frontière du Bénin Togo depuis le 18 janvier 2016 occasionnant plusieurs décès. 

Transmission

Selon l’OMS, la transmission bactérienne s’opère de personne à personne par des gouttelettes de sécrétions respiratoires ou pharyngées. Un contact étroit et prolongé tel que le baiser, l’éternuement et la toux rapprochée, ou la promiscuité avec une personne infectée favorise la propagation de la maladie. La période d’incubation est en moyenne de quatre jours mais elle peut être comprise entre 2 et 10 jours. Neisseria meningitidis ne s'attaque qu'aux humains; il n’y a pas de réservoir animal. Les bactéries peuvent être présentes dans le pharynx et, pour des raisons non encore complètement élucidées, submergent parfois les défenses de l’organisme, permettant ainsi à l’infection de se propager dans la circulation sanguine et d’atteindre le cerveau. On estime qu’entre 10 et 20% des gens sont porteurs de Neisseria meningitidis en temps normal. Mais ce taux peut être plus élevé en cas d’épidémie. 

Symptômes

La méningite à méningocoques se manifeste par la raideur de la nuque, la fièvre élevée, la photophobie, l’état confusionnel, les céphalées et les vomissements. Selon l’OMS, même lorsque la maladie est diagnostiquée très tôt et qu’un traitement approprié est institué, entre 5 et 10% des malades décèdent, en général dans les 24 à 48 heures qui suivent l’apparition des symptômes. La méningite bactérienne peut entraîner des lésions cérébrales, une perte auditive ou des troubles de l’apprentissage chez 10 à 20% des survivants. La septicémie méningococcique est une forme plus rare mais plus grave (souvent mortelle) de méningococcie qui se caractérise par une éruption hémorragique et un collapsus circulatoire rapide.

Il faut dire que les risques de nouvelles de nouvelles épidémies en Afrique de l’ouest avaient été envisagés par des Experts de l’OMS à leur réunion qui s’est  tenue à Niamey en début décembre 2015. Il importe pour les pays de la ceinture de la méningite de renforcer leur mesure préventive pour sauver les populations.

 

Action de l’OMS

Avec l’introduction du nouveau vaccin antiméningococcique A conjugué, l’OMS encourage une stratégie qui comprend la préparation aux épidémies, la prévention et la riposte. La préparation se concentre sur la surveillance, depuis le dépistage des cas à l’investigation et à la confirmation en laboratoire.

La prévention consiste à vacciner toutes les personnes âgées de 1 à 29 ans dans la ceinture africaine de la méningite avec ce vaccin. L’OMS fournit régulièrement un appui technique sur le terrain dans les pays qui doivent faire face à des épidémies.

La lutte contre les flambées épidémiques consiste à prendre les cas en charge de manière rapide et appropriée en les traitant à l'aide de ceftriaxone, ainsi qu'à procéder à des campagnes réactives chez les personnes qui ne sont pas encore protégées par la vaccination.

    Révision des orientations pour la riposte aux flambées de méningite en Afrique subsaharienne

    Relevé épidémiologique hebdomadaire - 19 décembre 2014

Les épidémies de méningite dans la ceinture africaine de la méningite font peser une charge énorme sur la santé publique. L'OMS est déterminée à éliminer la méningococcie en tant que problème de santé publique. 

Encadré

Quelques chiffres importants de l’OMS

  

Les statistiques de l’OMS montrent qu’avant 2010 et les campagnes de vaccination préventive de masse, le méningocoque du sérogroupe A était responsable d’environ 80 à 85% des cas dans la ceinture de la méningite, où des épidémies surviennent tous les 7 à 14 ans. Depuis, ce pourcentage a beaucoup baissé.

    Au cours de la saison épidémique de 2014, 19 pays africains ont mis en œuvre une surveillance renforcée qui a permis d'enregistrer un total de 11 908 cas suspectés, dont 1146 décès, les chiffres les plus bas depuis la mise en œuvre de la surveillance renforcée dans le cadre d’un réseau opérationnel (2004).

    En janvier 2015, plus de 217 millions de personnes avaient reçu le vaccin antiméningococcique A conjugué dans l5 pays de la ceinture africaine.

 

Dossier

Cours de vacances : Quelle pertinence et quelles réformes ?

  Apres neuf mois de travail, les enseignants et le corps administratif  organisent des cours pendant le mois d’Août lorsque les apprenants sont en vacances. Ils sont dispensés dans les écoles...

LIRE LA SUITE

Investigation sur des sujets de santé dans le Septentrion : deux journalistes exposent leurs résultats

Le secteur de la santé est l’un des secteurs qui regorgent assez de problèmes. Ce constat a conduit deux journalistes de la presse écrite, en la personne de Vadim Quirin du journal « La Nouvell...

LIRE LA SUITE

Epidémie de grippe et de gastro : se laver les mains, un geste efficace sous

Pour éviter le risque de transmission des virus hivernaux, est-ce vraiment efficace de se laver les mains ? L'organisation mondiale de la santé le recommande, ainsi que les autorités sanitaires. Ma...

LIRE LA SUITE

Fin de la campagne Know it, Own it du Mouvement d’Action des Jeunes (MAJ) : les membres présentent leur bilan d’activité

Dans le souci de permettre aux jeunes l’accès à une éducation sexuelle intégrée de bonne qualité appuyé par des informations nécessaires à leur orientation vers des sources appropriées et ...

LIRE LA SUITE

Entretien avec Dr Akuavi KIKI AHOUANDJINOU sur le vieillissement actif et le vieillissement en bonne santé.

  « L’association des médecins retraités du Bénin vise à promouvoir le vieillissement actif et le vieillissement en bonne santé. »   La retraite est une étape de la vie active que bon...

LIRE LA SUITE

logo

Espace privé

Déjà abonné?



Abonnez-vous! Besoin d'aide?

Les plus lus

La dépigmentation : comment endiguer ce problème sociétal ?

La dépigmentation artificielle ou volontaire est un problè...

Lu 5038 fois, Ouvrir l'article

Distribution des produits de la Sobebra et du GAZ : le groupe Alechou se dote de 120 nouvelles camionnettes

Le groupe Aléchou renforce ses activités au bénin. Il vie...

Lu 3881 fois, Ouvrir l'article

Ministère de l’Economie Numérique et de la Communication : Mme Rafiatou Monrou prend les rênes et annonce ses priorités

 Mme Rafiatou Monrou, fraichement nommée à la tête du Mi...

Lu 3686 fois, Ouvrir l'article

Libre circulation des biens et personnes dans l’espace Uemoa-Cedeao : un atout pour le développement socio-économique des Etats membres

Avec une population de plus 300 millions d’habitants, les ...

Lu 3516 fois, Ouvrir l'article

Ouverture des dépôts de dossiers à la Dbsu: les responsables étudiants s’opposent aux autorités

Les étudiants du campus d’Abomey Calavi ont été renvoy...

Lu 3513 fois, Ouvrir l'article

Pub 3

Compteur de visites

1710571

Visites sur le site

ligue1
Espace pub